Vous êtes ici : Accueil Métiers et emplois Les fiches métiers Fiche métier

Fiche métier vendeur/euse-magasinier/ère en fournitures automobiles



Phares, plaquettes de frein, pneus, autoradio, pompe à gasoil, pare-brise... le vendeur-magasinier en fournitures automobiles se partage entre le comptoir et le magasin. À la fois technicien, gestionnaire et vendeur, il conseille les particuliers comme les professionnels (de l'auto, de la moto ou du véhicule industriel).

Triple compétence pour ce professionnel, à la fois vendeur, technicien et gestionnaire. Le vendeur-magasinier en fournitures automobiles est un mécanicien dans l'âme, capable de comprendre les demandes pointues de professionnels de l'auto, de la moto ou du véhicule industriel... et d'y répondre ! Il sait aussi accueillir et écouter les particuliers, pour leur proposer les produits adéquats et les conseiller sur leur montage ou leur utilisation. C'est encore lui qui gère et contrôle tous les mouvements de pièces dans le magasin. Organisé, rapide et rigoureux, ce vendeur spécialisé a le goût des contacts. Il peut exercer son activité dans le service pièces détachées d'un concessionnaire de véhicules, dans un centre auto ou un centre de réparation rapide.

Tout déplier  

S'adapter à chaque interlocuteur
Avant tout vendeur spécialisé, ce professionnel sait se montrer disponible pour une clientèle variée. Particuliers, agents commerciaux, techniciens d'atelier et garagistes viennent le voir ou lui passent commande par téléphone ou Internet. À lui d'adapter ses talents de conseiller/vendeur à chacun de ses interlocuteurs.
Conseiller
Toujours au service du client, le vendeur de fournitures automobiles ne doit jamais oublier qu'il représente une entreprise. À ce titre, il maîtrise l'art et la manière d'accueillir et de conseiller la clientèle. Il explique aux particuliers comment remplacer ou monter des pièces courantes (batteries, bougies, filtres à air...). Il les informe sur l'emploi de certains produits (huile, antigel, bombes de peinture...). Interlocuteur des professionnels de la maintenance, il peut répondre à des demandes techniques pointues.
Gérer les stocks
Pas question de vendre des pièces de rechange sans gérer leur approvisionnement. Ce spécialiste des fournitures automobiles est aussi un pro des inventaires qui contrôle tous les mouvements des pièces, prépare les commandes, réceptionne les produits, vérifie et enregistre les livraisons grâce à des logiciels spécialisés. Autres missions : assurer la facturation et les encaissements, participer aux campagnes de promotion.

Chez les concessionnaires
Le vendeur-magasinier peut travailler dans le service pièces détachées d'un concessionnaire de véhicules. Il peut aussi exercer son activité chez un distributeur indépendant, dans un centre auto ou un centre de réparation rapide. Il peut animer une boutique en libre-service. Il peut aussi travailler dans une grande entreprise ou une administration qui possède un parc de véhicules important, La Poste ou EDF par exemple.
Un planning chargé
Ce professionnel partage son temps entre le comptoir de vente, le bureau pour des tâches de gestion et le magasin de stockage. Il utilise divers engins de manutention autoportés. Il peut aussi être amené à se déplacer auprès de clients professionnels, artisans, garagistes, réparateurs, vendeurs d'occasion...
L'outil informatique
Logiciels, microfiches et autres bons de commande n'ont pas de secrets pour lui. Grâce à son ordinateur, il contrôle l'état des stocks, commande des pièces et enregistre les livraisons. Il vérifie aussi sous quel délai est disponible le GPS ou le disque de frein commandé par un client. La vente par Internet s'est fortement développée dans ce secteur.

Le CAP vendeur-magasinier en pièces de rechange et équipements automobiles se prépare en 2 ans et comprend 16 semaines de stage en entreprise. Au programme : les différents composants (pièces et matériel) d'un véhicule et leur rôle (motorisation, boîte de vitesses, suspension, freinage), les accessoires (alarmes, coffres de toit...) et, bien sûr, les techniques de vente et d'exploitation du magasin. Sans oublier l'apprentissage de la conduite de chariots pour pouvoir manipuler les charges lourdes.
Après la 3e
Le CAP vendeur-magasinier en pièces de rechange et équipements automobiles.
Niveau bac
Après le CAP, les diplômés les plus motivés peuvent poursuivre leurs études vers un bac professionnel logistique, voire commerce, ou vente (prospection, négociation, suivi de clientèle).

Un CQP (certificat de qualification professionnelle) magasinier-vendeur confirmé en pièces de rechange et accessoires a été mis en place par l'Anfa (Association nationale pour la formation automobile). Il se prépare en alternance après le CAP vendeur-magasinier en pièces de rechange et équipements automobiles, dans le cadre d'un contrat de professionnalisation.

Le goût du contact
Dans le commerce d'équipements automobiles, l'accueil et la qualité de l'information fournie sont essentiels. Pour bien informer et conseiller, il faut avant tout aimer le relationnel avec une clientèle diversifiée, savoir écouter, faire préciser une demande... Pouvoir discuter technique avec une clientèle avertie : c'est le profil idéal de ce vendeur.
Le sens de l'organisation
Mieux vaut être rapide et organisé dans ce métier où l'on passe sans cesse d'une activité à l'autre. Rigueur, méthode et précision sont des atouts indispensables pour réussir dans le commerce de pièces détachées automobiles. Ordre, soin et minutie sont aussi recommandés.
Des connaissances techniques
Un vendeur en pièces de rechange automobiles doit connaître sur le bout des doigts toutes les pièces de rechange en vente dans son magasin. Mécanicien dans l'âme, il doit aimer la technique autant que le contact avec la clientèle. Il doit aussi maîtriser l'informatique et les logiciels spécialisés.

Un marché prospère
Le commerce de détail d'équipements automobiles se porte bien. Les véhicules vieillissent (leurs propriétaires les conservent plus longtemps), les ventes de voitures d'occasion progressent, les dépenses d'entretien augmentent. Au centre de toutes les attentions : la pièce de rechange. Mais les conducteurs recherchent aussi des accessoires (coffre de toit, porte-vélo...), des équipements électroniques de loisirs et de navigation (GPS, lecteurs DVD...), des équipements de tuning et de personnalisation (jantes, éléments de carrosserie, peintures spéciales...).
Des places à prendre
Après de forts recrutements, les réseaux se réorganisent et les effectifs se sont stabilisés. Les embauches continuent cependant, mais sur des profils peu qualifiés : 35 % des personnes recrutées dans le commerce de détail d'équipements automobiles sont des ouvriers non qualifiés, contre 17 % dans l'ensemble du commerce et de la réparation auto (CRA). 1 embauche sur 4 se fait en CDD (contrat à durée déterminée), et le recours à l'intérim est important.

Le secteur est peu féminisé : 18 % contre 21 % dans l'ensemble du secteur du commerce et de la réparation automobile. Mais la part des diplômés et leur niveau augmentent : 22 % des 16-25 ans recrutés ont un bac pro.
Des possibilités d'évolution
Le vendeur-magasinier peut évoluer vers des fonctions d'encadrement. Avec quelques années d'expérience et des stages de formation, il peut évoluer vers la logistique et devenir chef d'entrepôt ou responsable d'expédition. Il peut aussi se tourner vers des postes de commercial spécialisé (responsable de magasin, animateur de ventes...).
Salaire du débutant
Smic pour un niveau CAP

Source : ONISEP