Vous êtes ici : Accueil Métiers et emplois Les fiches métiers Fiche métier

Fiche métier contrôleur/euse de performances



Une appellation, deux professions : le contrôleur laitier et le contrôleur de croissance. Tandis que le premier analyse la qualité du lait, le second surveille la prise de poids du bétail destiné à la boucherie. Un appui technique indispensable pour les éleveurs.

Contrôleur laitier ou contrôleur de croissance, le contrôleur de performances veille à optimiser la production de lait ou de viande. Le premier évalue la quantité de lait produite par chaque bête, analyse sa qualité et conseille les exploitants pour augmenter la rentabilité de la production. Le second surveille le poids des animaux destinés à la boucherie, pour s'assurer de leur bon développement. Un appui technique précieux pour les éleveurs.

Tout déplier  

Analyser et sélectionner les laits
Le contrôleur laitier renseigne les éleveurs de vaches, de brebis ou de chèvres sur la quantité et la qualité du lait produit dans leurs exploitations. Sur place, il effectue des prélèvements qu'il analyse selon un protocole précis afin d'évaluer les valeurs nutritive et énergétique (taux de matières grasses, de protéines, qualités sanitaires, carences...) du lait produit. En fonction des résultats, il conseille l'éleveur sur les rations alimentaires, les surfaces de pâturage à valoriser, la sélection des génisses et des taureaux reproducteurs...
Contrôler le bétail avant consommation
De son côté, le contrôleur de croissance intervient sur les élevages d'animaux (boeufs, moutons, porcs) destinés à la boucherie. 2 à 3 pesées par an suffisent à s'assurer de la prise de poids. Autre pratique : le pointage. Le contrôleur de croissance mesure l'animal à différents endroits de son corps afin de vérifier son bon développement.

Dans des structures indépendantes
Le contrôle de performance est assuré en France par des entreprises autonomes (sous statut associatif, syndical ou coopératif) ou par les chambres d'agriculture. En tout, presque une centaine d'organisations sont directement gérées par des éleveurs, structurées en fédérations nationales et régionales.
Employé ou chef d'équipe
Rattaché au responsable technique, le contrôleur de performance assure le suivi d'une quarantaine de fermes d'élevage, réparties sur une zone géographique parfois étendue. À ce poste, il peut encadrer une équipe d'agents de pesée, qui effectuent les prélèvements de lait et pèsent les animaux. Dans ce cas, il organise leurs tournées et vérifie leur travail.
Souvent en déplacement
Le contrôleur de performance travaille en direct avec les éleveurs. Il se déplace dans chaque exploitation pour analyser le lait, surveiller le poids des animaux et fournir une assistance technique. Autonome, il gère son emploi du temps et ses visites. Ce qui ne l'empêche pas d'avoir des horaires flexibles : dès 6 h le matin, et jusqu'à 21 h, après la traite du soir.

Pour devenir contrôleur de performance, il existe plusieurs formations, de bac + 2 à bac + 3.

    Niveau bac + 2
  • BTSA (brevet de technicien supérieur agricole) productions animales ; analyse, conduite et stratégie de l'entreprise agricole
  • CS (certificat de spécialisation) technicien-conseil en production laitière
    Niveau bac + 3
  • Licences pro spécialisées dans les métiers de l'élevage

Le sens du contact
Le contrôleur de performance a le sens du contact et s'adapte à ses interlocuteurs. Il organise son travail de manière autonome. Le métier, qui s'exerce dans les fermes d'élevage et les salles de traite, suppose bien sûr d'apprécier le milieu agricole et le contact avec les animaux.
Des connaissances en gestion
Capable d'apporter des solutions personnalisées, le contrôleur de performance connaît les techniques d'élevage des bovins. Il maîtrise les coûts de l'alimentation d'un animal et la gestion d'une exploitation agricole. De bonnes capacités d'analyse lui sont également nécessaires pour établir un diagnostic technique.
À l'aise avec l'informatique
Régulièrement, le contrôleur de performance tient à jour un carnet de bord informatisé sur les conditions d'élevage. C'est-à-dire qu'il enregistre toutes les données qu'il collecte auprès des éleveurs : race des animaux, âge, région d'élevage, quantité de lait produite par tête, mode d'alimentation et d'élevage... Il lui faut donc maîtriser parfaitement les tableurs.

Des postes au compte-gouttes
Le contrôle de performance représente de petits effectifs. Sur 5 500 salariés du secteur agricole, on totalise 1 500 contrôleurs de performance (dont 230 contrôleurs de croissance). Certaines régions embauchent plus que d'autres. Par exemple, l'ouest de la France, où les élevages de bovins sont très importants. À elles seules, les régions Normandie, Bretagne et Pays de la Loire totalisent la moitié des effectifs salariés du contrôle laitier.
Vers une spécialisation
Si les perspectives de carrière sont plutôt limitées, quelques années d'expérience permettent de se spécialiser dans le conseil en élevage. Par exemple, en nutrition ou en reproduction animales.
Salaire du débutant
1900 euros brut par mois.

Source : ONISEP