Vous êtes ici : Accueil Métiers et emplois Les fiches métiers Fiche métier

Fiche métier technicien/ne plasturgiste




Le technicien plasturgiste fabrique et contrôle les objets en plastique comme les jouets, les pare-chocs, les emballages... La plasturgie concerne plus d'un millier de matières synthétiques différentes, omniprésentes dans notre environnement.


Les besoins en techniciens plasturgistes sont importants. En effet, quoi de commun entre un pare-chocs, une prothèse médicale et un emballage alimentaire ? Les matières plastiques dont ils sont faits ! La plasturgie est une industrie innovante qui concerne tous les secteurs et qui se porte plutôt bien. De la conception jusqu'au produit fini, le technicien plasturgiste est présent à tous les postes et peut évoluer vers des fonctions à responsabilités après quelques années.

Tout déplier  

Concevoir un produit
Le technicien plasturgiste intervient depuis la conception jusqu'au produit fini. Il travaille sur ordinateur à partir d'un cahier des charges établi à l'avance, pour mettre au point un produit en 3 dimensions (3D). Puis il fait réaliser des essais. Il peut être spécialisé dans les calculs de structure, les prototypes ou la mise au point.
Piloter, animer, contrôler
Ce professionnel peut avoir différentes attributions spécifiques.

Conducteur de lignes automatisées, il veille au bon déroulement du cycle de fabrication.

Animateur d'îlot, il pilote le fonctionnement d'une ou de plusieurs unités de production. Il anime également les échanges avec les autres services de l'entreprise pour respecter les délais, les quantités et les coûts.

Monteur-régleur, il vérifie le fonctionnement des équipements pour garantir la continuité de la production.

Enfin, comme dans toute industrie, le technicien contrôle qualité participe aux missions d'audit interne et à des actions de prévention. Il a un rôle de soutien technique auprès des équipes de production.

Des PME et des géants
Réparties sur tout le territoire, les entreprises de plasturgie (3550) sont cependant davantage concentrées en Rhône-Alpes et dans les Pays de la Loire. Les PME sont majoritaires (70 %), mais côtoient quelques grands groupes. Parmi eux, des géants de l'aéronautique et de l'automobile qui se sont dotés d'ateliers intégrés.
Disponibilité de rigueur
En production, quelle que soit la taille de l'entreprise, le travail est souvent organisé en 3 × 8 heures. La production tournant en continu, la présence d'un technicien peut être requise en permanence. Le technicien peut aussi être ­d'astreinte le week-end et être appelé à tout moment en cas de problème. La disponibilité est donc de rigueur.
Un bon environnement de travail
Le métier demande une certaine forme physique dans la mesure où le technicien en production peut passer sa journée debout, à parcourir l'atelier de machine en machine. Toutefois, la plasturgie est une industrie jeune (elle n'a qu'une cinquantaine d'années), avec des conditions de travail plutôt satisfaisantes (en termes de bruit, d'hygiène, de sécurité...). Les femmes sont donc de plus en plus nombreuses à choisir de travailler dans la plasturgie.

A partir du BAC PRO enrichi d'une expérience professionnelle possibilité d'accéder aux différentes fonctions de technicien.
Niveau bac

  • Bac pro plastiques et composites ;
Niveau bac + 2
  • BTS europlastics et composites

Une large culture technique
Le technicien doit être capable de décoder un plan d'outillage ou de comprendre des manuels d'utilisation, parfois rédigés en anglais. Il doit maîtriser les bases de la mécanique, de l'électricité et de l'hydraulique, ainsi que les différentes techniques de la plasturgie, de l'injection à la compression en passant par le thermoformage, le moulage sous vide ou l'extrusion (technique qui consiste à pousser le plastique à l'intérieur d'une forme qui lui donnera le profil voulu).
Minutie et débrouillardise
Pilote de machines, le technicien de production doit aussi être à l'aise dans le monde de l'informatique et de l'électronique. Par ailleurs, il doit être doué de rigueur et de minutie, et savoir faire preuve d'initiative face aux situations problématiques.
Un bon relationnel
Enfin, il faut aimer communiquer. En effet, le technicien plasturgiste n'est pas seul et le sens du travail en équipe est indispensable. Le technicien est en relation avec d'autres services de l'entreprise. Celui qui devient animateur d'îlot a nécessairement fait la preuve de cette aptitude à communiquer.

Une industrie qui recrute
La plasturgie concerne quasiment tous les secteurs industriels : aéronautique, médical, électronique, bâtiment, cosmétique, automobile... Avec un effectif global de près de 130 000 salariés, cette industrie, située au 4e rang mondial, se porte plutôt bien. Elle offre de nombreux débouchés aux jeunes techniciens : chaque année, plusieurs milliers de personnes sont recrutées, tous niveaux confondus.
Des missions en intérim
Comme beaucoup d'industries, les sociétés de plasturgie font volontiers appel aux intérimaires. C'est souvent pour elles un moyen de tester les compétences d'un salarié avant un recrutement en CDI (contrat à durée indéterminée). Pour les jeunes sans expérience, le travail temporaire représente donc une façon de mettre le pied à l'étrier.
Des carrières évolutives
La plasturgie propose des carrières évolutives. Par exemple, grâce à la formation professionnelle, un jeune régleur peut devenir, après quelques années, animateur d'îlot. De même, un animateur d'îlot peut, avec de l'expérience et une formation, devenir responsable de production ou de qualité.
Salaire du débutant
À partir du Smic et jusqu'à 1938 euros brut par mois.

Source : ONISEP