Vous êtes ici : Accueil Métiers et emplois Les fiches métiers Fiche métier

Fiche métier chargé/e d'études ressources humaines




Le chargé d'études ressources humaines (RH) harmonise les pratiques RH au sein d'un groupe : il pointe les dysfonctionnements et propose des solutions. Ce professionnel est souvent un jeune diplômé qui fait ses premiers pas dans les RH.


Le chargé d'études ressources humaines a pour mission de proposer des outils de gestion communs à l'ensemble d'un groupe, de pointer les dysfonctionnements éventuels et de proposer des solutions. Les multinationales, tentaculaires, se doivent d'impulser une stratégie RH uniforme à l'échelle de la planète, grâce notamment à Internet. Une fonction dévolue à de jeunes diplômés et qui constitue un bon tremplin pour accéder ensuite à d'autres fonctions.

  • Niveau d'étude : Master, Doctorat, Grandes écoles
  • Centres d'intérêt :

Tout déplier  

Impulser une stratégie uniforme
À la différence des professionnels de terrain, le chargé d'études ressources humaines doit impulser une stratégie uniforme. Sa mission : assurer une veille sur l'ensemble des problématiques RH en relation avec les objectifs de son entreprise.
Des outils de gestion communs
Dans les grandes entreprises, l'arrivée d'Internet et des systèmes d'information RH a ouvert de nouvelles perspectives puisqu'elle a permis d'harmoniser les pratiques. Le chargé d'études ressources humaines doit proposer de nouveaux outils de gestion communs à l'ensemble du groupe. Il peut, par exemple, développer un référentiel de compétences en vue de faciliter la mobilité des salariés.
Pointer les dysfonctionnements
Le chargé d'études ressources humaines doit également pointer les dysfonctionnements et élaborer des solutions à partir d'études de terrain, en réalisant, par exemple, une étude de satisfaction auprès des responsables RH dans les filiales pour ensuite proposer des actions de formation. Il peut aussi mener des entretiens de groupe ou individuels, dans le cadre d'études qualitatives.

En grande entreprise ou en cabinet de conseil
Seules les très grandes entreprises internationales possèdent ce genre de poste au sein d'un service de ressources humaines suffisamment étoffé. Quant aux autres, elles ont tendance à faire appel à des cabinets de conseil pour orienter leur politique RH. Dans ce cas, selon l'importance de la structure, le chargé d'études ressources humaines peut aussi prendre en charge la démarche commerciale. Il peut également travailler dans un institut d'études et de sondages, ou dans une agence de communication RH.
Au sein d'une équipe
En entreprise, le chargé d'études ressources humaines est intégré dans une équipe et est rattaché au DRH (directeur des ressources humaines) ou à la direction administrative et financière. Il peut aussi être rattaché à un directeur des études RH (notamment dans les cabinets de conseil). Dans le cadre de son travail, il est amené à avoir des contacts avec les différents services de l'entreprise : directions opérationnelle, juridique, des systèmes d'information, du contrôle de gestion, etc.

Cap sur le bac + 5

    Les formations pour accéder à cette fonction sont multiples :
  • Diplôme d'école de commerce en 3 ans. Accès sur concours après une classe prépa ou en 5 ans après le bac. À noter que certaines proposent des options ressources humaines.
  • Diplôme d'IEP (institut d'études politiques) de niveau bac + 5. L'accès, sur concours, se fait à plusieurs niveaux, depuis le bac jusqu'à bac + 3
  • Master en ressources humaines en 2 ans après une licence en droit ou sciences humaines. Des formations sélectives qui recherchent des candidats motivés, avec une amorce de projet professionnel attestée par une expérience de stage dans un domaine proche des RH.
  • Master en droit social.
  • Master en sciences sociales

Faire preuve d'autonomie
Cette fonction requiert de grandes qualités d'analyse et de synthèse pour collecter, mettre en forme et commenter les données. Rigoureux, le chargé d'études ressources humaines a le goût des chiffres. Les informations chiffrées représentent une grande part des études, et une bonne culture RH est nécessaire pour les interpréter. De plus, le chargé d'études doit faire preuve d'autonomie sur les dossiers qu'il traite et être capable de dialoguer avec les directions de l'entreprise, notamment en montrant une certaine force de conviction lors de l'exposé de ses recommandations stratégiques.
Des outils spécifiques
Des compétences en droit social et une bonne maîtrise des outils informatiques spécifiques aux systèmes d'information RH sont fortement recommandées (SAP, PeopleSoft...). Le chargé d'études utilise aussi les outils bureautiques tel que Excel et Access (tableaux et bases de données), et parfois des outils statistiques (logiciels SPAD, SPSS et SAS). Enfin, l'anglais courant est indispensable dans les entreprises internationales où il peut travailler.

40 000 professionnels RH
Après un déclin pendant les années 1990, les ressources humaines ont plutôt tendance à se revaloriser. Toutes fonctions confondues, ces professionnels représentent 2 % des effectifs des entreprises en France, soit 40 000 personnes environ.
Une fonction qui a de l'avenir
Les études constituent une porte d'entrée dans la fonction ressources humaines. Les jeunes diplômés y sont donc d'autant mieux accueillis que les entreprises ressentent le besoin d'une telle expertise. Car elles doivent anticiper l'avenir, réfléchir à la fonction ressources humaines dans un contexte mondialisé où l'informatique prend de plus en plus de place (grâce aux systèmes d'information harmonisant les pratiques).
Des places à prendre
Après quelques années, un chargé d'études ressources humaines évolue vers d'autres fonctions. Grâce à la vision qu'il possède de l'ensemble de l'organisation de l'entreprise, il peut prendre en charge, par exemple, les compensations et bénéfices (comp and ben) pour gérer la mobilité de carrière des cadres, compte tenu des règles du jeu différentes d'un pays à l'autre. Autres évolutions possibles : chargé de recrutement ou de formation.
Salaire du débutant
Entre 2500 et 3083 euros brut par mois.

Source : ONISEP