Vous êtes ici : Accueil Métiers et emplois Les fiches métiers Fiche métier

Fiche métier décolleteur/euse



Le décolleteur fabrique en série des pièces de précision (vis, écrous, goupilles, composants...) utilisées partout : aéronautique, automobile, bâtiment, électronique, optique, médical... Un secteur de pointe où la France est en bonne place.

Le décolletage permet de fabriquer des pièces de précision pour l'aéronautique, l'armement, l'automobile, la connectique, l'électroménager, les équipements industriels, l'horlogerie, la mécatronique, le nucléaire, l'optique, les télécommunications...

C'est le décolleteur qui procède à leur usinage sur des tours automatiques traditionnels ou à commande numérique. Centre de décolletage leader à l'international, la vallée de l'Arve, située en Haute-Savoie, élève la France au premier rang mondial dans ce domaine de pointe.

Tout déplier  

Sur tour automatique
Le décolletage permet de fabriquer des pièces (généralement de petites dimensions) en inox, acier, laiton, matière plastique... Elles sont façonnées dans des barres de métal ou de plastique sur des tours automatiques traditionnels ou à commande numérique. Leur destination : l'aéronautique, l'armement, l'automobile, la bijouterie, la connectique, l'électroménager, les équipements industriels, l'horlogerie, la mécatronique, le nucléaire, l'optique, les télécommunications...
Fabrication et contrôle
Le métier de décolleteur recouvre différents postes : opérateur, régleur, technicien régleur, chef d'équipe ou chef d'atelier. Qu'il soit ouvrier ou technicien, il assure des productions en petite, moyenne ou grande série. Il contrôle la fabrication à l'aide d'instruments de mesure appropriés (pied à coulisse, calibre, micromètre...) puis rend compte du travail effectué. L'entretien et le dépannage de premier niveau des machines sont aussi de son ressort.
Lecture de plan et réglages
Avant la fabrication, le décolleteur analyse et comprend le plan de la pièce à réaliser. Pour obtenir la forme décrite dans le cahier des charges, le régleur effectue les réglages appropriés sur sa machine avant de monter sa pièce. Il affûte ses outils, si besoin à l'aide du technicien. Celui-ci est capable d'assurer encore d'autres tâches : montage et mise au point de pièces plus ou moins complexes, choix des outils et techniques d'usinage, étude de fabrication, calcul de production, apport d'améliorations...

Des machines de plus en plus ergonomiques
L'automatisation et la modernisation des équipements ont supprimé la pénibilité physique du métier. La propreté des machines modernes, notamment celles à commande numérique, rend l'environnement agréable. Les conditions de travail s'améliorant, de plus en plus de femmes font leur apparition dans ce métier. Selon le type de machine et le travail à effectuer, le décolleteur utilise des EPI (équipements de protection individuelle) obligatoires.
Une organisation en équipe
En fonction de ses compétences, un décolleteur travaille en complète autonomie ou en équipe, sur une ou plusieurs machines dans un même atelier. Le technicien régleur encadre plusieurs opérateurs de production qui font appel à lui en cas d'imprévu. Le responsable de production assure le lien avec les fournisseurs et collabore en permanence avec les autres services de l'entreprise : méthodes, logistique, maintenance...
Horaires variables
Certaines entreprises organisent leurs horaires de travail en 2x8 (deux-huit) ou 3x8 (trois-huit). Selon la semaine, un décolleteur peut faire partie de l'équipe du matin, de celle du soir ou de la nuit. Ce système permet d'optimiser la rentabilité des machines, très onéreuses, et de répondre aux commandes de nouveaux acheteurs.

Compte tenu de la complexification croissante du métier, posséder un bac pro ou un BTS du domaine de la mécanique facilite l'insertion professionnelle.

Rares sont les formations tournées spécifiquement vers le décolletage. En effet, le CAP décolletage : opérateur régleur en décolletage et le bac pro productique mécanique option décolletage sont proposés seulement dans quelques établissements ou CFA (centres de formation d'apprentis) en France.

Polyvalent, le BTS industrialisation des produits mécaniques forme des spécialistes des procédés de production mécanique notamment par usinage. Ceux-ci peuvent intervenir tout au long de la chaîne de fabrication des pièces mécaniques intégrées aux produits industriels (conception et étude technico-économique, préparation de la production, réalisation, contrôle...).

    Après la 3e
  • CAP décolletage : opérateur régleur en décolletage
    Niveau bac
  • Bac pro productique mécanique option décolletage
    Bac + 2
  • BTS conception des processus de réalisation de produits
    Bac + 3
  • Licence pro mentions métiers de l'industrie : conception de produits industriels ; métiers de l'industrie : conception et amélioration de processus et procédés industriels ; métiers de l'industrie : conception et processus de mise en forme des matériaux

Capacité d'abstraction
Cette activité s'appuie sur des connaissances de base en mathématiques : calcul et géométrie spatiale. Elle requiert également un bon niveau en logique et en raisonnement abstrait. Sur certaines machines, la dextérité manuelle peut s'avérer indispensable.
Rigueur et organisation
Le décolleteur intervient selon les règles de sécurité et les impératifs de productivité. Il fait preuve de rigueur dans sa méthode de travail comme dans le choix des matières à usiner et le contrôle des pièces. Avant le passage à la fabrication en série, il vérifie que la première pièce réalisée correspond parfaitement à la configuration et aux dimensions du schéma initial... Au centième, voire au millième de millimètre près !
Sens de l'adaptation
Le décolleteur s'adapte à des machines de plus en plus complexes et à des techniques qui, elles aussi, ne cessent d'évoluer. Il a également une bonne connaissance des différents matériaux à travailler : acier, alliage léger, plastique ou composite. Chaque nouvelle commande l'invite à résoudre de nouveaux problèmes.

L'expérience, garante du savoir-faire
Dans la profession, on estime qu'il faut 10 ans pour former un décolleteur. Les jeunes diplômés doivent perfectionner leur savoir-faire en début de carrière avant de pouvoir envisager des postes à responsabilité, voire de créer ou reprendre une entreprise.
Un pôle de compétence haut-savoyard
L'industrie du décolletage représente en France 14 000 salariés et 600 entreprises. Deux tiers d'entre elles se situent en Haute-Savoie dans la vallée de l'Arve, premier centre de décolletage au monde. Les autres sont implantées hors Rhône-Alpes : Franche-Comté, Centre, Pays de la Loire, Picardie et, dans une moindre mesure, Ile-de-France et Auvergne.
Des PME sous-traitantes
Né il y a longtemps de l'industrie horlogère, le décolletage fournit aujourd'hui des composants à tous les secteurs industriels : automobile, matériel médical, aéronautique, énergie, télécommunications... Cette activité est exercée par des PME (petites et moyennes entreprises) plus ou moins tournées vers un secteur ou un type de pièces.
Un marché de l'emploi prometteur
Cette industrie connaît un manque important de professionnels qualifiés. Elle consolide sa position sur le territoire grâce à ses choix stratégiques : investissement, ouverture à l'international, fabrication maintenue sur place...
Salaire du débutant
Salaire variable selon le niveau de compétences.

Source : ONISEP