Vous êtes ici : Accueil Métiers et emplois Les fiches métiers Fiche métier

Fiche métier chef/fe de projet éolien



Pas question d'installer un parc éolien sans un travail d'étude, de prospection et de concertation en amont. Choisir un site, identifier les obstacles et proposer des solutions : c'est le rôle du chef de projet éolien.

Pour transformer la force du vent en électricité dans les meilleures conditions, la construction d'un parc éolien nécessite un important travail de préparation. Le chef de projet en a la responsabilité. Il réalise ou sous-traite des études préliminaires, analyse les contraintes environnementales et réglementaires, choisit le lieu le plus approprié, convainc les élus et la population du bien-fondé du projet, obtient un permis de construire... Compétences techniques et force de conviction indispensables.

Tout déplier  

Sélectionner un site
Pour capter l'énergie du vent et la transformer en énergie électrique, le chef de projet éolien participe à toutes les études nécessaires au développement d'un parc d'éoliennes. Dans un premier temps, et après une analyse topographique et du type de sol, il sélectionne les sites où elles seront implantées. L'évaluation du potentiel de production d'énergie relève également de ses fonctions.
Étudier la faisabilité
Ce développeur éolien réalise lui-même (ou fait établir) une série d'études de faisabilité technique et économique. Tous les risques sont passés au crible. Il évalue les impacts sur l'environnement, examine les contraintes réglementaires, étudie les possibilités de raccordement au réseau électrique existant. Il fait aussi réaliser des études de vent, par le biais de mâts de mesure.
Obtenir le permis de construire
Ce professionnel de l'expertise est aussi un homme de dialogue et de concertation. Soucieux de convaincre de l'intérêt de son projet, il tisse des liens étroits avec les collectivités locales, les citoyens et la presse. C'est lui qui sollicite et trouve des accords avec les propriétaires, les élus des communes, les administrations... Son objectif : déposer et obtenir un permis de construire.

En bureau d'études
Le chef de projet éolien travaille, le plus souvent, dans un bureau d'études. Au sein d'une petite équipe pluridisciplinaire, il coordonne toutes les études nécessaires au développement du projet. Il exerce ses activités pour le compte d'entreprises possédant un service environnement (EDF Énergies nouvelles...) ou pour des entreprises spécialisées (La compagnie du vent, EED Espace éolien développement, Vestas, Eole-Res...).
Soucieux de l'environnement
Ce spécialiste de l'éolien consacre une part importante des études préparatoires à l'aspect environnemental du projet. Il identifie les impacts du bruit, de l'effet d'ombre et de clignotement des pales des éoliennes, des interférences électromagnétiques... Il fait souvent appel à des sous-traitants, pour évaluer l'impact sur la flore, la faune (oiseaux en particulier) et le paysage.
Souvent en déplacement
Prospection, concertation, information... Pour mener à bien sa mission, cet expert se déplace beaucoup. Il enquête sur le terrain, avec des appareils de mesure. Il rencontre souvent ses nombreux interlocuteurs professionnels (audits, experts...). Il dialogue en permanence avec les élus et les populations.

Le chef de projet éolien est le plus souvent issu d'une école d'ingénieurs généraliste ou spécialisée et/ou possède un master spécialisé dans les domaines de l'environnement, des énergies renouvelables ou de l'aménagement du territoire.

Certaines écoles d'ingénieurs proposent une filière complète en environnement, génie énergétique ou génie de l'aménagement : l'Eost de Strasbourg, les Insa de Lyon et de Strasbourg, LaSalle Beauvais, Polytech'Orléans, Polytech'Tours, Polytech Annecy-Chambéry...

D'autres possèdent des options spécialisées en énergétique, environnement et développement durable, comme l'EPF de Sceaux, l'Ensiame de Valenciennes...

    Niveau bac + 5
  • Diplôme d'ingénieur
  • Masters universitaires mentions énergétique, thermique ; énergie ; gestion de l'environnement ; géographie, aménagement, environnement et développement...
  • Mastères spécialisés en énergies renouvelables ou en génie de l'environnement

Pluricompétence
Ce spécialiste des énergies renouvelables a des connaissances scientifiques en écologie, météorologie, géologie, modélisation. Outre des compétences techniques, réglementaires et économiques spécifiques à l'éolien, il maîtrise toutes sortes de logiciels (gestion de projet, simulation, cartographie...). C'est aussi un gestionnaire avisé, qui connaît bien les techniques de management.
Sens de l'organisation
Pas facile d'installer un parc d'éoliennes. Tout au long du projet, il faut faire de multiples démarches, contacter de nombreux organismes, gérer le planning, animer une équipe. Priorité à l'autonomie et au sens des responsabilités, sans oublier des capacités d'analyse, de rigueur et de synthèse.
Qualités relationnelles
Le chef de projet éolien fait preuve d'excellentes aptitudes relationnelles pour aller à la rencontre des autres, expliquer, lutter contre les idées reçues. En cas de remise en question d'un projet, mieux vaut être dynamique et persuasif. Le goût du contact, doublé du sens de l'initiative, est donc incontournable. Une bonne maîtrise des techniques de négociation et de médiation est recommandée.

L'éolien a le vent en poupe
Comptant actuellement 320 entreprises, la filière éolienne est en forte croissance en France. Elle emploie 11 000 personnes avec l'objectif de 60 000 emplois en 2020.
L'offshore décolle
Le nombre d'emplois de l'industrie éolienne offshore devrait connaître une forte augmentation au cours de la prochaine décennie. Si l'on considère les emplois directs et indirects, près de 169 000 postes devraient être créés à l'horizon 2020, allant jusqu'à 300 000 en 2030. Cela, à condition que l'environnement réglementaire soit assoupli.
Second gisement d'Europe
La France possède le deuxième gisement de vent en Europe. Il est exploité dans tous les départements où la ressource est suffisante. La Champagne-Ardennes est aujourd'hui la première région éolienne de France, devant la Picardie et la Bretagne. Les côtes de la Manche et de la mer du Nord, la façade atlantique entre la Bretagne et l'Aquitaine sont les sites les plus favorables à l'éolien offshore.
Salaire du débutant
2500 euros brut par mois.

Source : ONISEP