Vous êtes ici : Accueil Métiers et emplois Les fiches métiers Fiche métier

Fiche métier comptable



Essentiel à toute organisation, le comptable enregistre les dépenses, les recettes et les investissements de l'entreprise au quotidien. En plongeant dans la comptabilité analytique, il étudie les coûts de revient ou le chiffre d'affaires par produit.

L'image du comptable disparaissant derrière ses livres de comptes et englué dans les chiffres est révolue. Désormais, il utilise des logiciels de traitement comptable. Surtout, il ne se contente pas de saisir des chiffres ou de préparer des bilans. Selon l'entreprise où il exerce, il peut remplir des bulletins de paie ou des déclarations fiscales, calculer un prix de revient et rendre visite à ses clients s'il travaille dans un cabinet. Les professionnels expérimentés sont recherchés.

  • Niveau d'étude : BTS, DUT ou équivalent
  • Synonyme(s) : collaborateur/trice comptable
  • Centres d'intérêt :

Tout déplier  

Unique et multitâches en PME
Dans une petite entreprise, le comptable unique est sur tous les fronts. Il enregistre les opérations comptables au jour le jour. Il prépare la clôture des comptes annuels, qui seront vérifiés par l'expert-comptable et certifiés par le commissaire aux comptes. Il établit les feuilles de paie des salariés, les déclarations fiscales et sociales, etc.
Spécialisé en grande entreprise
Dans une grande entreprise, les comptables clients, les comptables fournisseurs, les comptables paie et les comptables analytiques travaillent tous sous la responsabilité du chef comptable. Ils sont respectivement chargés de suivre le traitement des factures clients ou fournisseurs, de gérer la paie des salariés ou de mettre en place des tableaux de bord pour le contrôle de gestion.
Ou collaborateur d'expert
Dans un cabinet d'expertise comptable, le collaborateur est chargé de différents dossiers d'entreprises (généralement une vingtaine) sous la responsabilité de l'expert-comptable. Le plus souvent, il tient la comptabilité d'artisans, d'agriculteurs, de commerçants ou de libéraux qu'il peut être amené à conseiller. Il prépare les bilans annuels sous la supervision de l'expert-comptable. Il peut également avoir une action commerciale de développement de son portefeuille clients.

Plus ou moins d'autonomie
Dans une petite société ou une association par exemple, le comptable unique est un copilote. Assurant la comptabilité analytique, le suivi du budget et la trésorerie, il est associé aux décisions d'investissements. Dans une grande entreprise, les fonctions sont plus cloisonnées ; le comptable travaille alors en équipe et n'a qu'une vue partielle de la chaîne comptable.
Plus ou moins de variété
Si l'activité du comptable d'entreprise connaît parfois la routine, il n'en va pas de même en cabinet. Du plombier au pharmacien, le collaborateur gère en parallèle la comptabilité de plusieurs clients très différents. Ce qui l'amène à se déplacer en dehors de son bureau.
Des coups de chauffe
L'activité comptable est assez intense avec, en outre, des " coups de chauffe ", notamment lors de la préparation du bilan annuel au mois de janvier. Seule une parfaite organisation et des nerfs d'acier permettent d'y faire face dans les meilleures conditions.

Un niveau bac + 2/3 s'impose pour l'exercice de ce métier, qui demande souvent une première expérience au moment du recrutement. Stages et formations en alternance sont donc particulièrement indiqués.

    Niveau bac + 2
  • BTS comptabilité et gestion
  • DUT gestion des entreprises et des administrations, option gestion comptable et financière (GEA GCF)
    Niveau bac+3
  • Licences professionnelles métiers de la gestion et de la comptabilité (6 mentions au choix)
  • Licence de gestion, licence économie et gestion
  • Diplôme de comptabilité et gestion (DCG)

De la rigueur avant tout
Avec lui, pas de facture en souffrance, de TVA non déclarée ou de prime salariée non versée. Organisé, l'esprit logique, le comptable effectue ses écritures de façon très rigoureuse. Il fait preuve d'une grande vigilance au moment de l'inventaire et de la clôture des comptes annuels.
Ouvert et curieux
Ce professionnel maîtrise les normes comptables ainsi que les logiciels de traitement comptable et fiscal. Curieux, il est à l'écoute des évolutions fiscales, sociales ou juridiques. La pratique de l'anglais est un atout de taille, en particulier dans les sociétés qui entretiennent des contacts avec des fournisseurs, des clients ou des filiales à l'étranger.
Sociable
L'autonomie et les qualités relationnelles sont primordiales pour progresser. Le comptable doit, en effet, faire preuve d'un bon contact, que ce soit auprès des clients lorsqu'il exerce en cabinet, ou dans ses rapports avec les clients, les fournisseurs, les salariés et/ou les correspondants extérieurs de son entreprise. Par ailleurs, un certain sens commercial est bienvenu, pour effectuer la relance des clients ou élargir le portefeuille clientèle d'un cabinet par exemple.

Surtout en entreprise
Toute structure publique, privée ou associative a l'obligation légale de posséder une comptabilité financière. Au-delà d'un certain seuil, beaucoup font appel à un comptable. Ainsi, la profession embauche de manière régulière, également pour faire face à un important turn-over car les comptables expérimentés sont demandés. La plus gros des emplois se trouve en entreprise, dans les banques et les administrations. Les cabinets comptables offrent environ le tiers du recrutement. La profession a un faible niveau de précarité.
Opérationnel sinon rien
Comme il faut un an pour former un bon comptable, les professionnels expérimentés sont très recherchés. Les débutants doivent faire des stages avant de se présenter sur le marché du travail. Les missions d'intérim ou un premier poste d'aide-comptable par exemple sont un moyen efficace de mettre un pied dans la porte.
Un bon tremplin
Une expérience en cabinet facilite l'évolution de carrière, notamment comme chef comptable en entreprise. De même, l'exercice en PME prouve un bon degré d'autonomie, facteur de promotion. Dans les petits cabinets d'expertise, quelques postes de chef de mission peuvent permettre une évolution en interne. Avec une formation complémentaire, le comptable peut aussi devenir contrôleur de gestion.
Salaire du débutant
De 1600 à 2200 euros brut par mois en fonction du poste et de l'expérience.

Source : ONISEP