Vous êtes ici : Accueil Métiers et emplois Les fiches métiers Fiche métier

Fiche métier assistant/e dentaire



La journée d'un assistant dentaire est bien remplie : il accueille les patients, prépare les dossiers et les consultations, stérilise les instruments... Pour le chirurgien-dentiste, c'est un collaborateur précieux dans l'organisation du travail au quotidien.

Collaborateur du chirurgien-dentiste, l'assistant dentaire le seconde techniquement lors des soins donnés au patient. Il assure également des tâches d'accueil et de secrétariat. Tenu au secret professionnel, il allie disponibilité, sens de l'organisation et précision du geste. Très féminisée, cette profession s'exerce souvent dans une petite structure.

  • Niveau d'étude : BAC, BAC PRO, BP ou équivalent
  • Synonyme(s) : assistant/e dentaire en odonto-stomatologie
  • Centres d'intérêt :

Tout déplier  

Un collaborateur technique
Il prépare l'ensemble des instruments nécessaires à l'intervention, les amalgames et ciments pour sceller une couronne, les pâtes pour prendre des empreintes... L'hygiène est sa priorité : sans relâche, il désinfecte, nettoie, stérilise et range le matériel utilisé pour les soins. L'entretien du mobilier dentaire lui incombe également.
Très à l'écoute
Une certaine complicité est nécessaire entre le chirurgien-dentiste et son assistant. Il faut être capable de lui donner au bon moment ce dont il a besoin pour effectuer les soins au fauteuil. De plus, l'assistant réconforte les patients et les sensibilise en matière d'hygiène bucco-dentaire. Il existe une forte complémentarité entre la partie relationnelle et le côté plus technique du métier.
Des tâches administratives
Répondre au téléphone, prendre les rendez-vous, tenir à jour les dossiers médicaux, établir des devis de prothèse, assurer la liaison avec les organismes sociaux, encaisser les paiements, gérer les stocks et les commandes : l'assistant dentaire remplit des missions de secrétariat. Il gère également les relations avec le prothésiste dentaire et les fournisseurs.

En cabinet ou en centre de santé
Collaborateur privilégié du chirurgien-dentiste ou du médecin stomatologiste, l'assistant dentaire exerce dans un cabinet dentaire libéral, un centre de soins mutualiste ou un service hospitalier de stomatologie. Quelques places dans les entreprises de fabrication de produits dentaires et les laboratoires médicaux. Ses horaires de travail, réguliers, peuvent être décalés : tard le soir, à l'heure du déjeuner ou le samedi matin.
Dans le respect des règles d'hygiène
Vaccination contre l'hépatite B, port d'une blouse, d'un masque et de gants... ce professionnel se montre très vigilant en matière d'hygiène. Sa tenue et sa propreté doivent être irréprochables. Il est, par ailleurs, soumis au secret professionnel et tenu de respecter les mêmes règles déontologiques que le praticien.
Pas de temps morts
Toujours en mouvement, en station debout, faisant face à de multiples interlocuteurs et à des tâches très diversifiées..., il doit se montrer réactif et dynamique. Pour éviter le trop-plein de fatigue, un seul moyen : rationaliser chaque déplacement ! Polyvalent, ce métier nécessite une grande autonomie.

Pour obtenir le statut d'assistant dentaire, il faut obtenir le titre du même nom. Ce dernier se prépare uniquement en cours d'emploi : il faut donc avoir trouvé au préalable un employeur. Autres conditions : être âgé de 18 ans au moins et être titulaire du DNB (diplôme national du brevet) ou d'un diplôme équivalent (qualification d'aide dentaire, formation de 12 mois après le DNB ou une classe de 3e validée).

La formation d'assistant dentaire est dispensée sur 18 mois dans un centre de formation habilité par la CPNE-FP (Commission paritaire nationale de l'emploi et de la formation professionnelle) des cabinets dentaires libéraux. Elle se déroule en contrat de professionnalisation. Elle est accessible dans le cadre de la VAE (validation des acquis de l'expérience), à condition de justifier d'une expérience professionnelle de 3 ans en rapport avec cette activité.

    Niveau bac
  • Titre d'assistant dentaire

Une forte composante technique
Assurer le bon fonctionnement du cabinet, effectuer les opérations de nettoyage, savoir utiliser les instruments, avoir des connaissances liées à l'utilisation des appareils d'imagerie médicale... tout cela contribue à l'assistance technique du praticien. Les gestes professionnels nécessaires aux actes de soins évoluant sans cesse, ils doivent faire l'objet d'une actualisation régulière. Il faut donc être curieux, tout en faisant preuve de rigueur, de précision et d'habileté manuelle.
Un cadre administratif
Fichiers de suivi des patients, dialogue avec les partenaires et fournisseurs constituent la partie administrative du travail d'assistant dentaire. La maîtrise des outils informatiques et de logiciels dentaires spécifiques est incontournable.
Un métier de contact
Pour former un tandem efficace avec le chirurgien-dentiste, il faut aimer le travail en équipe et avoir un bon relationnel. Cette qualité d'écoute facilite également la relation avec le client, qu'il convient de rassurer par une attitude calme. Savoir s'organiser en toute autonomie est également indispensable pour assurer à la fois le bon fonctionnement du cabinet et la planification de ses propres tâches.

Des emplois stables
Un assistant dentaire reste dans le même cabinet entre 10 et 14 ans, en moyenne. Les postes à pourvoir sont répartis sur l'ensemble du territoire et les chirurgiens-dentistes sont nombreux à rechercher ces collaborateurs.
Vente ou secrétariat
L'assistant dentaire peut se réorienter vers des activités commerciales pour le compte de laboratoires ou de fournisseurs en matériel dentaire. Des métiers proches sont accessibles, à condition de mettre à niveau ses compétences : l'Afpa (Association pour la formation professionnelle des adultes) délivre, par exemple, un titre de secrétaire ou d'assistant médico-social. Les poursuites d'études sont envisageables, le certificat d'assistant dentaire étant certifié au niveau IV (niveau bac).
Se spécialiser grâce à la formation continue
Parodontologie, implantologie, chirurgie, orthopédie dento-faciale, hygiène bucco-dentaire... la CNQAOS (Commission nationale de qualification des assistants en odonto-stomatologie) permet d'élargir le champ de ses compétences grâce à la formation professionnelle continue.
Salaire du débutant
90 % du Smic pour les moins de 26 ans, durant leur formation. Le Smic pour les plus de 26 ans.

1500 euros pour les diplômés, mais le salaire réel est toujours négocié entre l'employeur et le salarié.

Une prime de secrétariat de 155 euros est fixée dans le cadre de la convention collective nationale des cabinets dentaires pour des travaux plus complexes (précomptabilité du cabinet, par exemple). Une prime d'ancienneté est versée tous les 3 ans.

Source : ONISEP