Vous êtes ici : Accueil Métiers et emplois Les fiches métiers Fiche métier

Fiche métier anesthésiste-réanimateur/trice



L'anesthésiste-réanimateur endort les patients lors d'une intervention chirurgicale pour leur éviter de souffrir. Puis il les surveille jusqu'au réveil et les soulage des douleurs post-opératoires.

L'anesthésiste-réanimateur endort les patients avant une opération chirurgicale puis les réveille lorsque l'intervention est terminée. Il détermine au préalable, lors de la consultation préopératoire, l'anesthésie la plus appropriée à l'état du patient (anesthésie générale ou péridurale...). Pendant que le chirurgien opère, il surveille les signes vitaux du patient et s'assure que tout va bien. Moins nombreux, les réanimateurs interviennent en cas d'urgence (arrêt cardiaque, intoxication médicamenteuse...). L'anesthésiste-réanimateur travaille en lien avec l'équipe soignante : infirmiers anesthésistes, et tout le personnel paramédical du bloc opératoire.

  • Niveau d'étude : Master, Doctorat, Grandes écoles
  • Synonyme(s) : médecin anesthésiste
  • Centres d'intérêt :

Tout déplier  

Préparer l'anesthésie
Première étape pour l'anesthésiste-réanimateur : la consultation préopératoire. Il questionne le patient sur ses antécédents (allergie, traitement, opérations passées...) afin d'évaluer les risques liés à l'intervention. Il explique le déroulement de l'opération, les protocoles suivis, le réveil, la prise en charge de la douleur post-opératoire et des complications éventuelles.
Sécuriser les interventions
Mais l'essentiel de l'activité de ce praticien se déroule au bloc opératoire, où il administre une anesthésie générale ou locale (permettant au patient de rester éveillé). Tout au long de l'intervention, l'anesthésiste surveille les signes vitaux (pression artérielle, fréquence cardiaque, oxygénation) et réinjecte des produits anesthésiants. Il assure ensuite le suivi du patient en salle de réveil et la prise en charge des douleurs post-opératoires.
Réanimer
Arrêt cardiaque, intoxication médicamenteuse, choc hémorragique... Le réanimateur prend en charge des patients dans un état grave, qui présentent des défaillances exigeant des soins d'urgence. Son rôle est de comprendre l'origine des problèmes et de mettre en place des techniques de réanimation (assistance respiratoire, rénale ou cardiaque...).

24 heures sur 24
La continuité des soins au sein des hôpitaux (urgences, services de maternité...) rend la présence des anesthésistes-réanimateurs nécessaire en permanence. Ce qui implique des gardes la nuit et les week-ends, rémunérées et compensées par des repos obligatoires. En secteur hospitalier, ces contraintes sont fixées à l'avance. Certaines structures (ambulatoires) permettent d'avoir des horaires plus réguliers.
Un métier stressant
Les produits d'anesthésie ou de réanimation sont extrêmement efficaces, mais, mal utilisés, ils peuvent avoir des conséquences dramatiques. Il faut faire face à toutes les défaillances survenant pendant et après l'intervention chirurgicale (allergie, infection nosocomiale...). Lorsqu'un patient est opéré en urgence, l'anesthésiste-réanimateur doit agir vite et « sans filet » (estomac plein, antécédents inconnus...).
De lourdes responsabilités
Le réanimateur prend en charge des patients dans un état grave, avec un pronostic souvent péjoratif : le taux de mortalité peut avoisiner 20 % en réanimation standard. L'anesthésiste-réanimateur exerce en hôpital public sous la direction d'un chef de pôle. En clinique privée, il est son propre patron mais fait souvent partie d'une association avec d'autres confrères.

11 années d'études au minimum sont nécessaires pour devenir anesthésiste-réanimateur. La formation débute par laPACES (première année commune aux études de santé) accessible après le bac (S de préférence) et se termine par un concours au nombre de places restreint (13.9 % d'admis en 2017).

  • En 2e et 3e années : enseignement des bases théoriques (anatomie, biologie...) de la médecine et premiers stages hospitaliers. En fin de 3e année, obtention du diplôme de formation générale en sciences médicales, niveau licence.
  • En 4e , 5e et 6e années : acquisition d'une formation médicale complète avec de plus en plus de pratique hospitalière. À la fin de la 6e année, l'étudiant passe les ECN (épreuves classantes nationales) . Le choix de la spécialité et/ou de la région où il effectuera son internat dépend de son rang de classement.

L'internat : 5 ans pour passer le DES anesthésie-réanimation. Le DESC réanimation médicale peut être préparé en complément de certains DES : anesthésie-réanimation, cardiologie, pneumologie, néphrologie... Une thèse, soutenue à la fin de l'internat, conduit au diplôme d'État de docteur en médecine, avec mention de la spécialité. Des études longues, qui débouchent sur un
    Niveau bac + 11
  • DES anesthésie-réanimation
  • DESC réanimation médicale

Rigoureux et calme
Ce métier requiert des compétences techniques, la connaissance des produits anesthésiants, une grande précision dans les gestes. Prenant en charge des patients atteints de pathologies très diverses, l'anesthésiste-réanimateur doit bien connaître les autres spécialités médicales. Rigoureux, il garde son sang-froid en cas de situations stressantes mettant en danger la vie du patient. Il fait preuve d'une grande réactivité et d'une solide capacité d'adaptation.
Solide humainement
L'anesthésiste-réanimateur étant responsable de l'information du patient et de sa famille, ses qualités humaines sont primordiales. Il annonce des diagnostics graves, parfois des décès. Compte tenu des situations difficiles qu'il doit gérer, ce médecin doit être une personne équilibrée. Il faut prendre du recul pour maintenir l'harmonie entre vie privée et engagement auprès des malades.
Un coéquipier fiable
La communication entre les divers intervenants au bloc opératoire étant fondamentale, il faut aimer le travail en équipe. L'activité du réanimateur implique un contact permanent avec les équipes soignantes (infirmiers, aides-soignants...), chirurgicales et médicales, et avec les étudiants (internes et étudiants hospitaliers).

Un médecin recherché
L'anesthésiste-réanimateur est incontournable pour toutes les spécialités chirurgicales et nombre de spécialités interventionnelles (cardiologie...). Si l'on compte environ 10 000 anesthésistes-réanimateurs, dont 31 % de femmes, la profession est déficitaire, avec des places à prendre dans les cliniques, les services d'urgences et les hôpitaux publics. A l'hôpital, l'anesthésiste a le statut de praticien hospitalier (et non pas fonctionnaire). Les anesthésistes sont aussi très demandés dans l'industrie pharmaceutique en raison de leurs connaissances et de leur rôle transversal.
Un métier, deux fonctions
Tout au long de sa carrière, ce praticien exerce soit l'anesthésie, soit la réanimation et, assez souvent, une combinaison des deux. Il est impossible d'imaginer un anesthésiste qui n'ait pas de solides connaissances en réanimation, et inversement. Ces deux aspects d'un même métier sont complémentaires et indissociables. L'un comme l'autre participent à des activités de recherche et d'enseignement auprès des étudiants.
Une spécialité en mouvement
L'anesthésie a très fortement bénéficié des progrès de la médecine. De nouvelles techniques se sont développées, notamment en anesthésie locorégionale. La préoccupation de sécurité est également au coeur du métier, impliquant des protocoles diffusés à tous les professionnels. Il faut se former sans cesse pour suivre ces évolutions.

Source : ONISEP