Vous êtes ici : Accueil Métiers et emplois Les fiches métiers Fiche métier

Fiche métier chef de projet HQE (haute qualité environnementale)



Pour réduire la consommation d'énergie d'un bâtiment et protéger l'environnement, le chef de projet HQE (haute qualité environnementale) intervient dès la conception d'un programme immobilier, d'un équipement public, etc.

Le chef de projet HQE (haute qualité environnementale) est un ingénieur ou un architecte spécialisé dans la construction durable. Son objectif est de réduire la consommation d'énergie d'un bâtiment et de protéger l'environnement, en intervenant dès sa conception. Il intervient sur des programmes immobiliers. Il s'assure que le chantier de construction n'est pas polluant et que le bâti respecte les normes les plus exigeantes, en isolation acoustique et thermique notamment.

  • Niveau d'étude :
  • Centres d'intérêt :

Tout déplier  

Étude du projet
Le chef de projet HQE se penche sur les caractéristiques d'un projet immobilier à venir. Une fois le nombre de logements nécessaires arrêté, il analyse le site, en repère les atouts et les contraintes (ensoleillement, secteur inondable...). Lors du dépôt du permis de construire, il veille au respect de certains critères, comme la dimension des locaux où seront stockés les déchets.
Contrôle des normes
Une fois le chantier en cours, il vérifie la conformité des opérations par rapport au cahier des charges établi par l'architecte et le bureau d'études : exigences techniques en matière d'isolation et d'émissions performantes de chaleur et d'eau chaude ; isolation acoustique et thermique des fenêtres, etc. Cette conformité permet d'obtenir certains labels : THPE (très haute performance énergétique) ; BBC (bâtiment basse consommation).
Respect de l'environnement
Le chef de projet HQE s'assure aussi que le chantier ne pollue pas. Tout au long de l'opération de construction, il veille à ce que tous les acteurs se rencontrent et intègrent les problématiques environnementales. Il leur fait comprendre les enjeux de cette démarche. Enfin, lors de la livraison du programme immobilier, le chef de projet HQE dresse un bilan des actions menées.

Travail de bureau...
Le chef de projet HQE passe beaucoup de temps dans son bureau à contrôler les études de conception qui lui sont remises, à écrire en détail les exigences du nouveau programme de construction, à rédiger les éventuels contrats de maintenance et d'entretien de certains équipements. Il établit un véritable cahier des charges pour assurer la bonne qualité environnementale du bâtiment.
... et de terrain
Il se déplace également sur le terrain, pour vérifier que le chantier en cours ne provoque pas de nuisances, et interroge les habitants ou les usagers des nouveaux bâtiments pour établir une enquête de satisfaction.
En équipe
Salarié dans une grande entreprise, il dépend hiérarchiquement d'un directeur de projet, ou d'un responsable d'agence, qui lui a confié une mission ponctuelle auprès d'un client. Ce client est le commanditaire de la construction (mairie, promoteur immobilier, bailleur social...), auquel le chef de projet HQE rend compte de l'avancée du chantier en matière environnementale, lors de réunions régulières. Sur le terrain, le chef de projet HQE travaille conjointement avec l'architecte ou le maître d'ouvrage, et coordonne des équipes pluridisciplinaires pour s'assurer du respect des objectifs établis.

Il n'existe pas de filière spécifique pour devenir chef de projet HQE et les profils peuvent être très différents. Néanmoins, un cursus scientifique de niveau bac + 5 (La plupart des chefs de projet HQE sont titulaires d'un diplôme d'ingénieur ou équivalent) est recommandé, avec une bonne connaissance dans le domaine de l'environnement. La formation se fait en général en interne dans l'entreprise.

    Niveau bac + 5
  • Diplôme d'ingénieur généraliste ; diplôme d'ingénieur spécialisé en construction, bâtiment, thermique, énergétique, génie de l'environnement...
  • Master scientifique ou spécialisé en aménagement...
  • Diplôme d'école d'architecture
  • Diplôme d'école d'urbanisme

Connaître l'administration locale
Au sein d'une agglomération, la réflexion architecturale ne se fait plus au niveau d'un bâtiment mais plutôt d'un " éco-quartier ". Il faut maîtriser les problématiques spécifiques à la ville. Avoir un parcours professionnel qui intègre une très bonne connaissance des collectivités territoriales est primordial pour réussir dans ce secteur.
Avoir des connaissances techniques
Le chef de projet HQE dispose d'un savoir technique, il connaît les réglementations et les critères de la construction durable (notamment la norme ISO 14001). Pour contrôler le respect des qualités thermiques fixées pour le nouveau bâtiment, il utilise des logiciels de simulation spécialisés (TRNSYS, COMFIE...) qui calculent sa future consommation en énergie. Les normes environnementales évoluant sans cesse, il doit s'informer régulièrement. Il connaît les procédures administratives à suivre pour obtenir permis de construire et labellisation.
Savoir gérer un projet
Enfin, il sait conduire un projet de construction complexe, qui fait appel à de nombreux intervenants. Conseiller environnement de l'architecte ou du maître d'ouvrage, il donne des directives aux équipes sur le terrain. Il sait suivre les plannings et maîtriser les coûts, autant de savoir-faire qui ne s'improvisent pas.

Un métier nouveau en pleine évolution
Le métier de chef de projet haute qualité environnementale existe depuis moins de 10 ans. À terme, le label HQE va disparaître pour laisser la place à de nouvelles normes, mais l'AMO (assistant à maîtrise d'ouvrage) haute qualité environnementale (HQE) existera toujours, même s'il change de nom. Un AMO HQE peut évoluer vers la maîtrise d'ouvrage. Il se retrouve alors à la genèse du projet. Il peut également se rapprocher de la maîtrise d'oeuvre, des architectes, et se spécialiser sur la partie matériaux ou sur les équipements.
En bureau d'études et dans l'industrie du bâtiment
Expert en qualité environnementale des bâtiments, le chef de projet HQE travaille généralement en bureau d'études ou cabinet de conseil en technologie. Il peut aussi être employé par un grand groupe du BTP (bâtiment et travaux publics). Il est amené à conseiller les collectivités territoriales, les entreprises privées de construction, l'État pour ses bâtiments publics, etc. Il apporte généralement son expertise pour la construction de bâti neuf, mais parfois aussi pour de la rénovation dans l'ancien.
Salaire du débutant
2500 euros brut par mois.

Source : Apec (Association pour l'emploi des cadres), 2014.

Source : ONISEP