Vous êtes ici : Accueil Métiers et emplois Les fiches métiers Fiche métier

Fiche métier animateur/trice de bassin versant



L'animateur de bassin versant sensibilise les agriculteurs à la protection du milieu aquatique local. Il contribue à la conservation de notre ressource en eau pour éviter, notamment, que les pesticides et les nitrates s'accumulent dans les rivières.

L'animateur de bassin versant sensibilise les agriculteurs à la protection du milieu aquatique local. Il est le promoteur d'une bonne gestion de l'eau. À partir de l'analyse de la rivière (présence de nitrates, de pesticides...), il apporte son expertise et définit des actions à mener. Il oriente les exploitants agricoles vers des solutions innovantes et moins polluantes. À ces dimensions techniques s'ajoute le suivi administratif, financier et juridique.

  • Niveau d'étude : BTS, DUT ou équivalent
  • Synonyme(s) : animateur/trice agricole de bassin versant - chargé/e de mission milieux aquatiques - chef/fe de projet rivière et milieux aquatiques - coordonnateur/trice de bassin versant - technicien/ne de bassin versant
  • Centres d'intérêt :

Tout déplier  

Protéger la rivière
Le bassin versant désigne l'espace sur lequel toutes les eaux de pluie suivent une pente pour se rassembler dans une rivière ou un lac. L'animateur de bassin versant promeut une bonne gestion de l'eau au niveau local. À partir d'un état des lieux environnemental, il apporte son expertise et définit des actions à mener. Il participe aux décisions d'urbanisme (avis sur permis de construire, certificats d'urbanisme...). Il définit un programme d'action pour lutter contre les inondations, les ruissellements et l'érosion des sols. À cet aspect technique s'ajoute le suivi administratif, financier et juridique.
Impliquer les agriculteurs
L'animateur de bassin versant réalise des enquêtes sur le terrain, fait le bilan des actions réalisées, propose des mesures. Il prend en compte le diagnostic initial des exploitations du sous-bassin (mesure des effluents, des produits phytosanitaires, des odeurs...), et oriente les professionnels vers des solutions à la fois réalistes et innovantes. Il propose, par exemple, la remise aux normes des installations d'un éleveur laitier, l'étude de la récupération des eaux de lavage des machines à traire, l'adaptation des capacités de stockage des déjections animales suivant un calendrier d'épandage qui respecte les besoins des cultures.

Sur le terrain
L'animateur de bassin versant va à la rencontre des exploitants agricoles, des techniciens agricoles, des élus locaux. Il passe une grande partie de son temps sur le terrain (environ les deux tiers) pour convaincre les différents riverains du bassin du bien-fondé d'une gestion de l'eau plus respectueuse de l'environnement, dans l'intérêt de tous. Les kilomètres à parcourir peuvent être conséquents, pour ceux qui travaillent sur une trentaine de communes riveraines. L'animateur de bassin versant organise des rencontres avec des agriculteurs (parfois plusieurs centaines !). Il participe aussi aux réunions techniques du syndicat de bassin versant.
Différents statuts
Lorsqu'il travaille pour une collectivité (commune, syndicat intercommunal, conseil général ou régional...), il est fonctionnaire technique territorial (de catégorie A ou B en fonction de ses diplômes). Il peut aussi être salarié du secteur privé (en cabinet d'études).

Le métier est accessible avec un bac + 2. À bac + 3, il existe un diplôme spécifique. Certains postes dépendant d'une collectivité importante (un conseil régional, par exemple) sont plutôt attribués à des ingénieurs spécialistes de l'eau (bac + 5).
Niveau bac + 2

  • BTS métiers de l'eau
  • BTSA gestion et maîtrise de l'eau ; gestion et protection de la nature
  • DUT génie biologique option génie de l'environnement

Niveau bac + 3

  • Licence pro aménagement du territoire et urbanisme spécialité animateur technique de bassin versant
  • Licence pro Sciences, technologies, santé mention métiers de la protection et de la gestion de l'environnement

Niveau bac + 5

  • Master Sciences, technologies, santé mention sciences de l'eau ; biodiversité, écologie, environnement, spécialité gestion des habitats et des bassins versants ; sciences de l'eau et de l'environnement, spécialité hydrosystèmes et bassins versants : diagnostic et risque environnemental...
  • Diplôme d'ingénieur en sciences et technologies de l'eau, hydraulique, chimie...

Des connaissances multiples
Spécialiste de la qualité de l'eau, l'animateur de bassin versant possède des savoirs techniques (notamment en diagnostic) mais aussi des connaissances juridiques. Il connaît les lois relatives à l'environnement, particulièrement la loi sur l'eau.
Un pédagogue
Médiateur, il est le relais entre les agriculteurs et les élus. À lui d'inciter les agriculteurs à être partie prenante des actions menées en faveur de l'environnement. Mieux vaut être pédagogue que d'imposer des solutions. Sa tâche consiste à expliquer les enjeux, à vulgariser une réglementation, ou encore à démontrer l'intérêt d'une nouvelle méthode. L'animateur de bassin versant organise parfois des séances de formation et rédige des documents, des plaquettes d'information par exemple.
Savoir convaincre
L'animateur de bassin versant est aussi capable de négociation. Il ne doit pas hésiter, au retour d'une réunion technique, à amener un élu sur le terrain pour le convaincre de la nécessité d'un projet d'entretien de berges, ou à lui proposer de passer voir un cas d'érosion régressive. Ces visites sont des occasions de discussion supplémentaire à la marge de la réunion technique.

Un métier récent
Les premiers postes d'animateur de bassin versant ont été créés en 1996 en Bretagne, une région particulièrement confrontée à la pollution d'origine agricole de l'eau. Rien que pour cette région, une trentaine d'animateurs exercent aujourd'hui au sein des chambres d'agriculture, et de nombreux autres sont employés par les collectivités locales.
L'impulsion de la loi sur l'eau
L'objectif, ambitieux, de la LEMA (loi sur l'eau et les milieux aquatiques) de 2006 est le retour à un bon état des eaux en 2015, au niveau national. Cette loi prévoit notamment que la modification de certaines pratiques agricoles peut être rendue obligatoire, en amont des zones de captage d'eau potable et de certaines zones à protéger. Elle conforte l'activité de l'animateur de bassin versant, qui n'a pas toujours un rôle facile sur le terrain.
En collectivité territoriale
L'animateur de bassin versant travaille souvent pour un syndicat intercommunal ou une agence de l'eau qui regroupe les différentes communes traversées par une même rivière. Il peut aussi être employé par une réserve naturelle ou une chambre d'agriculture. Il peut également exercer dans un cabinet d'études spécialisé ou encore pour le compte d'une association de pêche, de protection de la nature, etc.
Salaire du débutant
De 1486 euros brut par mois (pour un technicien territorial) à 1615 euros brut par mois (pour un ingénieur territorial).

De 1800 à 2300 euros brut par mois pour un ingénieur en chambre d'agriculture.

À partir du Smic dans le secteur associatif.

Source : ONISEP