Vous êtes ici : Accueil Métiers et emplois Les fiches métiers Fiche métier

Fiche métier actuaire



Chargé de concevoir et/ou de modifier les contrats d'assurance, ou de mesurer les risques encourus par sa société, l'actuaire se livre à de savants calculs avec un objectif triple : maîtriser l'aléatoire, minimiser les pertes financières et dégager des bénéfices.

Prévoyant l'imprévisible, mesurant les risques financiers et fixant les tarifs qui seront imposés aux assurés, l'actuaire cherche à garantir la rentabilité de la société qui l'emploie. Doté d'un bac + 5, il n'a aucun mal à jongler avec les chiffres et les outils informatiques. Organisé et rigoureux, il sait recueillir des informations et en tirer des enseignements. Une perle rare convoitée par les compagnies d'assurances, mais aussi par les banques ou les sociétés de bourse.

  • Niveau d'étude : Master, Doctorat, Grandes écoles
  • Synonyme(s) : chargé/e d'études actuarielles - ingénieur/e en assurances
  • Centres d'intérêt :

Tout déplier  

Adapter ou créer des contrats
Selon les besoins du marché, l'actuaire modifie les contrats d'assurance existants ou en crée de nouveaux. Il peut également mesurer les risques encourus par une banque, par exemple, en étudiant les capacités de remboursement de ses clients. Puisant dans les bases de données du service marketing, et exploitant les informations que les commerciaux font remonter du terrain, il utilise des logiciels très sophistiqués pour faire des hypothèses et simuler des scénarios catastrophe : inondations, attentats, etc.
Chiffrer le risque
Ayant passé en revue tous les risques possibles, l'actuaire évalue leur probabilité et leur coût probable pour la société d'assurances. Il peut alors définir les tarifications. Par exemple, dans l'élaboration d'un contrat d'assurance vie, il s'appuie sur les tables de mortalité pour fixer le montant des cotisations.
Accompagner et corriger
L'actuaire propose également ses conseils et son assistance technique aux professionnels chargés de commercialiser les contrats. Il suit avec la plus grande attention les résultats d'exploitation de la compagnie et l'évolution des réserves financières. S'il observe des dérives, il en recherche les causes et tente de les corriger.

Au siège de la compagnie
Généralement, l'actuaire travaille au siège d'une compagnie d'assurances, souvent en Ile-de-France. Il est toutefois amené à se déplacer dans les autres régions pour rencontrer les professionnels chargés de distribuer les produits d'assurance. Il se déplace aussi beaucoup s'il fait du conseil.
Un travail d'équipe
Occupant une fonction centrale au sein de l'entreprise, l'actuaire a de nombreux interlocuteurs : il collabore à la fois avec les commerciaux, les responsables du marketing, les juristes et la direction générale. S'il est responsable d'un service, il encadre une équipe de chargés d'études.
Dans les assurances... et ailleurs
Traditionnellement embauchés par des sociétés d'assurances, les actu­aires investissent de plus en plus les secteurs de la banque et de la finance, où leurs compétences sont recherchées pour recommander, par exemple, l'achat ou la vente de titres. Certains grands groupes, particulièrement nord-américains, font également appel à eux pour la conception et la mise en oeuvre des politiques et procédures visant à atténuer les risques dans les différents aspects de leur activité.

L'Institut des actuaires reconnaît 7 formations initiales donnant accès au statut d'actuaire associé à l'Institut : l'Ensae (École nationale de la statistique et de l'administration économique) ; l'Université Paris-Dauphine ; l'Isfa (Institut de science financière et d'assurances) de Lyon 1 ; l'Isup (Institut de statistiques) de Paris 6 ; l'université de Strasbourg 1 ; l'Euria (Euro-Institut d'actuariat) de Brest ; l'Essec ('École supérieure des sciences économiques et commerciales), qui propose à ses élèves une filière actuariat-assurance en partenariat avec l'Isup.

D'autres établissements préparent au métier d'actuaire en formation initiale, notamment l'Iriaf (Institut des risques industriels, assurantiels et financiers) de Poitiers, l'IMA (Institut de mathématiques appliquées) de l'UCO d'Angers etc.

    Niveau bac + 5
  • Diplôme d'actuaire
  • Diplôme de statisticien mention actuariat
  • Diplôme national de master mention actuariat ; mention mathématiques appliquées, statistiques ; mention  finance.

Un as des maths
Expert de haut niveau, l'actuaire possède des connaissances pointues en mathématiques, statistiques, finances et probabilités. Il s'appuie également sur de solides bases en droit, économie, gestion et fiscalité des assurances. Sa maîtrise des logiciels et des programmes informatiques lui permet d'effectuer toutes sortes de simulations.
Méthodique et logique
Destiné à recueillir une énorme quantité d'informations, l'actuaire doit organiser ses recherches avec soin. Pour croiser des données très diverses et donner un sens aux chiffres, il doit prendre du recul et faire appel à son esprit de synthèse.
Doué pour la communication
Des aptitudes à diriger une équipe, à communiquer et à négocier sont nécessaires pour évoluer. Souvent, les fonctions d'actuaire comportent une dimension internationale : la pratique de l'anglais est alors indispensable.

Un job en or
Classé meilleur métier du monde en 2013 par le site américain carrercast.com, l'actuariat offre de hauts salaires et de belles perspectives de carrière.
Des besoins en hausse
Les besoins en actuaires augmentent régulièrement, à mesure qu'ils investissent d'autres secteurs que celui, traditionnel, de l'assurance. De plus, même dans ce secteur où il devient de plus en plus important de se distinguer des concurrents, les actuaires sont toujours recherchés pour imaginer des formules originales et proposer des garanties de plus en plus personnalisées. Les compagnies misent sur ces professionnels pour innover tout en préservant la rentabilité des produits qu'elles mettent sur le marché.
Une progression rapide
Souvent, l'actuaire débute par des missions de conseil ou d'études techniques. Il peut, après 3 ans en moyenne, devenir chargé d'études et, en général, il ne faut pas plus de 5 ans à un actuaire pour occuper des fonctions d'encadrement (animation d'une équipe de techniciens et de chargés d'études). Il peut ensuite évoluer vers les plus hautes responsabilités. On évalue à environ 16 % la part des actuaires qui accèdent à un poste de direction générale dans les assurances ou dans des institutions financières.
Salaire du débutant
3200 euros brut par mois.

Source : ONISEP