Vous êtes ici : Accueil Métiers et emplois Les fiches métiers Fiche métier

Fiche métier facteur/trice d'instruments



Le facteur d'instruments fabrique, restaure ou accorde des pianos, des instruments à cordes, des orgues... dans la tradition de l'artisanat d'art, mais aussi à la pointe de la technique.

Luthier, facteur d'orgues, de pianos... ces facteurs d'instruments les fabriquent, les réparent et les restaurent. Pour parvenir à vivre de leur métier, véritable sacerdoce, ils doivent consacrer deux tiers de leur temps à des activités de restauration, de réparation et, parfois, d'expertise. Les places sont limitées dans ce petit monde des artisans d'art.

Tout déplier  

Fabriquer des instruments
Cet artisan fabrique des instruments de musique (violon, guitare, flûte, trompette, orgue, piano, accordéon...) ou les restaure avant de les vendre. Il choisit les matériaux et techniques à mettre en oeuvre en fonction de la pièce à traiter et de son propriétaire.
Accorder les sonorités
L'accordeur adapte les sonorités selon la sensibilité musicale du client-musicien, présent lors des réglages. Une relation de confiance s'établit alors peu à peu entre l'artisan, l'instrument et le client.
Un travail long et délicat
La fabrication d'un instrument à cordes, par exemple le violon, exige l'assemblage d'au moins 80 pièces et comporte un important travail d'ébénisterie. Certains instruments, rares, anciens, classés ou inscrits au patrimoine requièrent toute la patience, la minutie et la précaution du facteur d'instruments.

Salarié ou indépendant
La plupart du temps, le facteur d'instruments travaille comme salarié dans un petit atelier comportant de 1 à 3 personnes. Selon les commandes, il peut collaborer avec d'autres professionnels de l'artisanat d'art. Installé à son compte, il doit assumer les responsabilités d'un chef d'entreprise.
Sur tout type d'instruments
La réparation et la restauration concernent les instruments anciens, nombreux sur le marché, comme les plus récents. Du simple réglage à la restauration d'envergure, ce travail concerne aussi bien l'instrument d'un débutant que celui d'un soliste célèbre. Il représente jusqu'à deux tiers de l'activité du facteur d'instruments.
Expertise et modernité
Avec de l'expérience, le facteur d'instruments peut se lancer dans l'expertise. Il procède alors à des évaluations techniques et financières, notamment pour le monde de l'art. Si les gestes restent les mêmes que par le passé, les outils se sont un peu modernisés. Rabot, canif, ciseau à bois, lime... côtoient désormais les outils de précision électriques.

Les formations pour devenir facteur d'instruments dépendent de l'instrument choisi. Il existe des diplômes très spécialisés du CAP jusqu'au niveau bac + 2.

    Après la 3e
  • CAP assistant technique en instruments de musique, options guitare, accordéon, instruments à vent, piano
  • CAP accordeur de pianos
  • CAP facteur d'orgues
  • CAP lutherie
  • CAP ouvrier archetier
    Niveau bac
  • BAC PRO artisanat et métiers d'art option facteur d'orgues organier ; option facteur d'orgues tuyauteur
  • BMA (brevet des métiers d'art) technicien en facture instrumentale, options guitare, accordéon, instruments à vent, piano
    Niveau bac + 2
  • DMA (diplôme des métiers d'art) facture instrumentale, options accordéon, guitare, piano, instruments à vent
  • DMA lutherie

Sens artistique et oreille absolue
Pour qu'esthétique rime avec acoustique, le facteur d'instruments doit posséder un sens musical développé et pratiquer l'instrument dont il s'occupe. Une bonne oreille, innée ou acquise en allant très souvent à des concerts, est indispensable pour accorder les instruments, ainsi que des compétences en acoustique, en harmonique, en mécanique et des connaissances architecturales. La mémoire visuelle constitue, elle, une des bases de l'expertise.
Connaissance des matériaux et culture musicale
Patience et grande habileté manuelle sont de rigueur pour fabriquer des instruments de qualité, tout comme savoir travailler différents matériaux (bois, feutre, cuir, métal). La restauration requiert une importante culture musicale technique et historique. La maîtrise d'une langue étrangère constitue un sérieux atout pour se former dans des écoles ou des ateliers à l'étranger.

Un long apprentissage
Plus qu'une vocation, ce métier est un sacerdoce. L'apprentissage est long. Les professionnels conseillent de travailler de 6 à 8 ans chez un maître artisan pour acquérir les bases du métier, se perfectionner, élargir ses compétences, faire des rencontres, assister à des concerts, contacter des musiciens et se faire connaître.
Un secteur artisanal
Le secteur de la facture instrumentale française regroupe près de 2 500 entreprises dont 700 sont à dominante artisanale (fabrication, réparation, restauration, accord) et près de 1 800 proposent une activité mixte, à la fois technique et commerciale. Il s'agit de petites et moyennes entreprises dont la plupart (environ 60 %) n'ont pas de salarié. Les instruments de facture française sont réputés haut de gamme.
Des commandes ciblées
Les commandes reçues par le facteur d'instruments proviennent essentiellement des musiciens, des professeurs de conservatoire, des élèves, des professionnels du marché de l'art, des collectionneurs...
Salaire du débutant
Variable.

Source : ONISEP