Vous êtes ici : Accueil Métiers et emplois Les fiches métiers Fiche métier

Fiche métier assistant/e réalisateur/trice




Organiser les repérages, mettre au point le plan de travail, fixer l'heure du maquillage... l'assistant réalisateur est le collaborateur direct du réalisateur. Il assure le lien entre ce dernier, les acteurs et l'équipe technique.


L'assistant réalisateur assure le bon déroulement du tournage d'un film ou d'une émission télévisée. Collaborateur et agent de liaison du réalisateur, il élabore le plan de tournage (scènes prévues, décors...), repère les lieux et procède au casting des figurants. Sur le plateau, il coordonne les différentes équipes (comédiens, techniciens, etc.) et règle les problèmes pratiques. C'est un métier passion, où mobilité rime avec précarité.

Tout déplier  

Permettre un tournage
L'assistant réalisateur assure le bon déroulement du tournage d'un film ou d'une émission télévisée. Organisateur technique et conseiller artistique, il est le maillon entre le réalisateur, le directeur de production (chargé du financement) et le plateau (techniciens, comédiens, régie...).

La lecture du scénario lui permet de lister les éléments nécessaires à la réalisation du film (personnages, accessoires, musique, éclairages, costumes, etc.), et d'organiser les repérages des différents lieux de tournage. Pour chaque séquence, il rédige une fiche technique afin d'établir un plan de travail.
Respecter le plan de travail
Pendant le tournage, l'assistant réalisateur veille au respect du plan de tournage. Il l'adapte au jour le jour (en fonction de la météo, des retards...) et coordonne les différents corps de métiers. Il établit également la feuille de service, fixant pour le lendemain le lieu de rendez-vous et l'heure du maquillage, afin d'assurer la mise en place du plateau.
Être présent jusqu'à la fin
Enfin, l'assistant réalisateur participe à la projection des rushes (scènes tournées puis coupées au montage). Il délègue généralement à un deuxième ou à un troisième assistant une partie de ses attributions : tâches administratives, gestion des figurants...

Mobilité de rigueur
Ce métier requiert autonomie, disponibilité et mobilité. Les repérages impliquent de fréquents déplacements, en France comme à l'étranger. Les horaires sont irréguliers, car l'assistant réalisateur suit le plateau en plein tournage (parfois des centaines de prises sont nécessaires pour une même scène).
Souvent un contrat précaire
L'assistant réalisateur peut connaître des périodes d'activité alternées avec des périodes de chômage, caractéristiques du statut d'intermittent du spectacle. Engagé par une société de production pour la durée de la réalisation d'un film ou d'une émission, son contrat varie de quelques jours à plusieurs semaines, voire plusieurs mois.

Il peut être salarié permanent quand il est employé au service public de la télévision ou dans une société de production.
Une profession réglementée
Les tâches de l'assistant réalisateur ainsi que ses conditions d'exercice sont définies par des conventions collectives.

Une solide formation technique et artistique est nécessaire pour devenir assistant réalisateur.

Les écoles supérieures publiques qui recrutent sur concours constituent la voie classique. L'École nationale supérieure des métiers de l'image et du son (ENSMIS, plus connue sous le nom de FEMIS) et l'École nationale supérieure Louis Lumière (ENSLL) proposent des cursus de bac + 2 à bac + 5.masterà l'université.

Niveau bac + 2

  • BTS Métiers de l'audiovisuel ;
Niveau bac + 3
  • Licences sciences et technologies, mention technologie des arts, de l'image et du son ;
  • Diplôme d'études supérieures de réalisation audiovisuelle, option cinéma (DESRA) ;
  • Certificat de fin d'études de l'ESRA Bretagne option réalisation cinéma / vidéo ;
  • Diplôme européen de réalisation audiovisuelle ;
  • Formation d'assistant réalisateur (Conservatoire libre du cinéma français)
  • Formation cinéma et audiovisuel spécialisation réalisation (3IS)
Niveau bac + 5
  • Diplôme de la FEMIS spécialisation réalisation ;
  • Diplôme de l'Ecole Louis Lumière section cinéma ;
  • Masters en création ou réalisation audiovisuelle.

Un coordonnateur résistant
Mieux vaut posséder une endurance physique et nerveuse à toute épreuve. Au quotidien, l'assistant réalisateur organise, anime et coordonne des personnes, des opérations et des éléments matériels. Ses meilleures armes : un goût prononcé pour le travail en équipe et de réelles qualités relationnelles. Sa grande disponibilité et son sens pratique lui sont par ailleurs indispensables pour répondre aux exigences matérielles du tournage. Une solide formation technique et artistique est de plus nécessaire pour devenir assistant réalisateur.
Un artiste et un technicien
Des compétences techniques et artistiques alliées à une connaissance de la prise de vues et du son, de la mise en scène et de la direction d'acteurs permettent à l'assistant réalisateur de suivre les instructions du réalisateur, et de s'adresser sur le plateau à l'interlocuteur concerné par la demande. Il lui faut par ailleurs maîtriser les logiciels de bureautique ainsi que ceux dédiés à la préparation et l'élaboration d'un plan de travail. L'assistant réalisateur doit également être capable d'estimer la faisabilité d'une séquence en termes de temps, de personnel et de moyens. Enfin, ses capacités d'analyse et son esprit de synthèse l'aident à mémoriser tous les détails d'un plan en cours.

Un secteur en difficulté
Le grand écran fait rêver mais embauche peu. Quant à la télévision, elle connaît des revers : explosion des marchés, arrivée du numérique... En revanche, se développent de nombreuses sociétés privées prestataires de services qui produisent et réalisent des films publicitaires et des téléfilms. La précarité et la disparité des conditions salariales s'accentuent.

Près de 70 % des assistants réalisateurs travaillent en région parisienne.
Une hiérarchie à respecter
Généralement, l'assistant réalisateur débute en tant que stagiaire. La notoriété des réalisateurs (qui choisissent leur premier assistant réalisateur) avec qui il collabore est aussi importante que le réseau qu'il se constitue, le secteur fonctionnant majoritairement via la cooptation.

Au cinéma comme à la télévision, l'une des évolutions possibles du poste de premier assistant est le passage à la réalisation après quelques années d'expérience. Ce professionnel multitâche peut également faire le choix d'orienter sa carrière vers le métier de directeur de production.
Salaire du débutant
1404 euros brut par semaine.

Source : ONISEP