Vous êtes ici : Accueil Métiers et emplois Les fiches métiers Fiche métier

Fiche métier ingénieur/e du son



À la fois artiste et technicien, l'ingénieur du son assure la qualité du son produit pour une réalisation audiovisuelle, un album de musique, un concert ou un spectacle. Il allie pratique musicale et maîtrise de technologies complexes.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, l'ingénieur du son ne sort pas d'une école d'ingénieurs. Il a suivi une formation audiovisuelle et/ou musicale. C'est un spécialiste de l'enregistrement et de la diffusion audio. Doté d'une formation scientifique et technique, il sait utiliser les technologies numériques. Sa culture musicale est étendue et son sens artistique développé. Il travaille pour le cinéma, l'audiovisuel et le spectacle vivant.

Tout déplier  

Le choix et la maintenance du matériel
L'ingénieur du son choisit les équipements et les techniques à mettre en oeuvre pour réaliser sa prestation. Il étudie l'acoustique du lieu, place les micros, réalise le câblage, paramètre les appareils et procède aux essais. Ses différents matériels doivent être compatibles entre eux. Il enregistre les sons, les diffuse en façade au public et en retour aux artistes qui sont en scène. Pour que les techniciens puissent se parler pendant un spectacle, il peut avoir à élaborer des réseaux d'ordres. Il assure la maintenance du matériel.
La technique au service de l'art
L'ingénieur du son règle le volume, la réverbération, la brillance, l'équilibre des voix selon la commande artistique qui lui est faite. Son objectif est de communiquer aux auditeurs une émotion, de faciliter la perception d'un style de musique. Il peut aussi effectuer en studio des mixages, réaliser des effets spéciaux, assembler des séquences sonores.
La logistique
Quand il dirige une équipe de techniciens, l'ingénieur du son organise le travail, répartit les tâches, prévoit l'équipement nécessaire, le complète si besoin par du matériel de location. Il assure la qualité du son, qu'il soit diffusé ou enregistré.

En studio ou en public
Lorsqu'il travaille dans un lieu qui accueille du public, comme une salle de spectacle, par exemple, l'ingénieur du son se soucie de la sécurité des personnes en garantissant les installations de sonorisation contre les risques électriques ou de chute d'objets. De même, il veille à diffuser un son dont les paramètres sont conformes aux niveaux sonores de diffusion.
Un métier parfois physique
Sur un plateau de cinéma, dans les tournées, les festivals, il faut à chaque fois installer et désinstaller le matériel, le charger et le décharger dans des camions. Même aidé par des assistants, l'ingénieur du son ne peut se soustraire à la manipulation de matériels lourds et volumineux. Il peut effectuer de nombreux déplacements ou travailler de façon plus sédentaire dans un studio.
Des horaires variables
Irrégulier, l'emploi du temps varie en fonction des dates de programmation des spectacles, des tournages et des enregistrements. Souvent mobilisé le week-end, le soir ou tard dans la nuit, l'ingénieur du son doit faire preuve d'adaptabilité et de disponibilité.

Même si théoriquement certaines activités d'ingénieur du son peuvent s'exercer avec un bac + 2 (prise de son, sonorisation de salle, mixage...), mieux vaut acquérir une solide expérience ou compléter sa formation par un bac + 5 pour proposer des choix de matériels et des procédures d'enregistrement sur un tournage, pour assurer des activités de création sonore ou encadrer une équipe de techniciens son sur un plateau ciné ou TV.

Attention : accès très sélectif...

    Niveau bac + 2
  • BTS métiers de l'audiovisuel, option métiers du son
  • Diplôme des métiers d'art régie de spectacle, option son
    Niveau bac + 3
  • Licences professionnelles image et son
  • Diplôme d'études supérieures des techniques du son, options sonorisation ; son audiovisuel ; son musical de l'ESRA Paris et Rennes
  • Diplôme de l'Institut supérieur des techniques du son (ISTS) à Nice
  • Diplôme national des métiers d'art et du design (DN MADE) mention spectacle
    Niveau bac + 5
  • Diplôme supérieur des métiers du son du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMD)
  • Diplôme arts et techniques du théâtre parcours concepteur son (Ensatt) à Lyon
  • Diplôme de l'École nationale supérieure Louis-Lumière section son à Noisy-le-Grand
  • Diplôme de l'École nationale supérieure des métiers de l'image et du son (Fémis) spécialisation son, à Paris
  • Masters image et son

Technicien et scientifique
Pour capter, transporter, amplifier, mixer, enregistrer les sons, l'ingénieur du son utilise du matériel électronique et informatique. Il connaît les caractéristiques physiques du son et maîtrise les technologies qui le restituent sous une forme analogique ou numérique. Capable de s'adapter aux évolutions technologiques, il possède aussi de solides bases en acoustique.
Une culture artistique
Avoir une bonne oreille et être soi-même musicien sont des prérequis appréciés, voire indispensables pour exercer ce métier, même si le son travaillé n'est pas exclusivement musical. Dans tous les cas, il est impératif d'avoir une culture musicale riche et variée.
Des capacités relationnelles
Être à l'écoute des artistes, traduire leur demande, y répondre, se faire comprendre d'eux exige de la diplomatie. Par ailleurs, l'ingénieur du son doit pouvoir travailler en équipe avec d'autres professionnels comme les cadreurs, les machinistes ou les régisseurs lumière.

Des ambiances diverses
L'ingénieur du son peut évoluer au sein du spectacle vivant, qui a la particularité d'être exécuté en direct devant un public et qui réunit des disciplines aussi diverses que le cirque, la danse, le théâtre ou la musique. Le cinéma offre des conditions de travail différentes avec des tournages qui peuvent se dérouler dans des environnements complexes, voire insolites, bien loin en tout cas de l'ambiance feutrée d'un studio de production audiovisuelle.
Des employeurs variés
Les employeurs potentiels ne manquent pas. Parmi eux, on trouve des sociétés de production pour le cinéma, la musique, l'audiovisuel, le spectacle vivant, et aussi des artistes musiciens ou des sociétés de loisirs comme des villages vacances.
Des contrats souvent précaires
Travaillant sur commande, autour d'un projet, sur des périodes courtes et intenses, le secteur du spectacle vivant comme celui de l'audiovisuel ont souvent recours, pour des raisons de souplesse d'organisation, à des intermittents du spectacle. L'ingénieur du son doit donc savoir " se vendre " quand il répond à un appel d'offres. Des emplois plus durables existent cependant, sous la forme de CDD (contrats de travail à durée déterminée) ou de CDI (contrats de travail à durée indéterminée), voire des postes de fonctionnaires au sein des collectivités territoriales.

1440 euros brut pour 1 semaine de 35 heures. 2344 euros brut pour 1 CDI.

Source : ONISEP