Vous êtes ici : Accueil Métiers et emplois Les fiches métiers Fiche métier

Fiche métier conseiller/ère en économie sociale et familiale



Spécialiste de l'action socio-éducative, le conseiller en économie sociale et familiale aide les personnes en situation précaire à résoudre leurs difficultés quotidiennes. Son rôle est essentiel dans le champ de l'insertion sociale et professionnelle.

Budget, alimentation, santé... autant de domaines où le conseiller en économie sociale et familiale intervient. Son rôle ? Recevoir des personnes en difficulté pour les aider à résoudre les problèmes de la vie quotidienne comme équilibrer ses dépenses ou régler ses factures. Implanté dans un quartier, il organise aussi des actions collectives telles que des séances de bricolage ou des stages d'insertion pour les chômeurs.

Tout déplier  

Information et conseil
Dans le cadre de sa mission, le CESF (conseiller en économie sociale et familiale) poursuit un objectif principal : lutter contre l'exclusion sociale en favorisant l'autonomie et la socialisation des personnes ou des familles en difficulté. C'est un acteur du développement social en milieu urbain ou rural. Il intervient auprès de différents publics : bénéficiaires du RSA (revenu de solidarité active), personnes handicapées, gens du voyage, femmes isolées... Il est amené à dispenser information et formation dans tous les domaines de la vie quotidienne : budget, cuisine...
Initier des projets collectifs
L'organisation d'actions collectives constitue une part importante de son activité. Il peut par exemple mettre en place un système d'aide aux devoirs ou organiser des rencontres à thème pour encourager les contacts entre des personnes isolées du même quartier. Il organise des stages d'alphabétisation ou d'insertion professionnelle, en lien avec d'autres intervenants de l'insertion.

Structures et publics multiples
Dans le secteur public, le CESF exerce dans les services sociaux des collectivités locales (communes, départements) ou des entreprises d'État (EDF, SNCF...), les caisses d'allocations familiales, les offices d'HLM, le planning familial, les hôpitaux, etc. Dans le secteur privé, il peut travailler en libéral ou dans des associations, des maisons de retraite, des foyers de jeunes travailleurs...
Seul ou en équipe
Le CESF se déplace à domicile ou reçoit le public dans le cadre de ses permanences. Il organise aussi des actions collectives. Ses activités le conduisent à collaborer avec de nombreux partenaires comme des élus locaux, des associations, des entreprises ou d'autres travailleurs sociaux. Avec les assistants de service social, par exemple, il fait le point sur les situations suivies en commun, confronte les informations, définit les urgences.

Un seul diplôme pour exercer : le DECESF (diplôme d'État de conseiller en économie sociale familiale). Celui-ci se prépare en 1 an après le BTS économie sociale et familiale. L'année de préparation au diplôme d'État est également accessible à d'autres diplômés : DUT carrières sociales, DEES (diplôme d'État d'éducateur spécialisé), DEEJE (diplôme d'État d'éducateur de jeunes enfants), DEASS (diplôme d'État d'assistant de service social) et DEETS (diplôme d'État d'éducateur technique spécialisé). Pour ces derniers, c'est le directeur de l'établissement de formation qui établit un programme individualisé en fonction des dispenses accordées.

La formation est actuellement reconnue au niveau bac + 2. Elle sera reconnue de niveau 2 (bac +3), pour les élèves qui l'auront intégrée à la rentrée 2018.

  • Diplôme d'Etat de conseiller en économie sociale familiale

Compétences diversifiées
Pour agir concrètement dans le quotidien des personnes en difficulté, le CESF possède des compétences techniques et pratiques diversifiées dans différents domaines comme l'habitat, le logement, la santé, la vie sociale et culturelle...
Qualités humaines
Côtoyant la précarité et parfois confronté à l'agressivité, le CESF doit être doté d'un solide équilibre psychologique et d'un optimisme fort. Indispensables aussi pour exercer le métier : le sens du contact et de l'écoute, le sens de l'aide, la diplomatie. Ainsi qu'une bonne aisance en public pour animer les réunions.
Disponibilité et sens de l'équipe
Dans le cadre de la politique définie par son service, le conseiller dispose d'une certaine autonomie dans l'organisation de son travail. Sa mission l'amène cependant à intervenir fréquemment en soirée et le week-end. Multipliant les partenariats avec d'autres professionnels, il doit posséder des aptitudes au travail en équipe.

Employeurs variés
Services sociaux, caisses d'allocations familiales, entreprises privées, associations d'aide aux personnes âgées, établissements d'accueil mères/enfants... des structures variées (services et institutions à caractère social) emploient les 10 000 CESF actuellement en exercice.

Insertion aisée

Chaque année, les quelque 600 diplômés s'insèrent facilement dans la vie professionnelle. À 95 % féminins, les CESF travaillent en majorité dans le secteur privé (60 %), puis dans la fonction publique (40 %). Les fonctions publiques hospitalière et territoriale proposent chacune un concours sur titre : conseiller en économie sociale et familiale pour la première ; assistant socio-éducatif pour la seconde.
Évolution vers l'encadrement
Le CESF peut accéder à des postes à responsabilité en suivant des formations préparatoires aux fonctions d'encadrement : DEIS (diplôme d'État d'ingénierie sociale), CAFERUIS (certificat d'aptitude aux fonctions d'encadrement et de responsabilité d'unité d'intervention sociale), CAFDES (certificat d'aptitude aux fonctions de directeur d'établissement ou de service d'intervention sociale)... Après 4 à 6 ans de services, il peut se présenter aux concours internes de directeur d'établissement sanitaire et social.
Salaire du débutant
1600 euros brut par mois

Source : ONISEP