Vous êtes ici : Accueil Métiers et emplois Les fiches métiers Fiche métier

Fiche métier animateur/trice socioculturel/le




Ateliers de hip-hop, sorties culturelles, loisirs périscolaires... l'animateur socioculturel organise de multiples activités à destination de publics variés : enfants, adolescents, personnes âgées... Son objectif ? Favoriser l'épanouissement et la créativité.


Théâtre, sport, fête de quartier, cours d'alphabétisation... l'animateur socioculturel déborde d'idées pour occuper et enrichir les enfants, les adolescents ou les seniors. Quel que soit son public, il fait preuve de beaucoup de dynamisme et de sens du contact. Selon sa spécialité (loisirs, sports, social), ce professionnel intervient dans les maisons des jeunes et de la culture, les maisons de quartier, les maisons de retraite, les centres de loisirs et de vacances, les foyers pour handicapés...

Tout déplier  

Des activités adaptées
Cours d'alphabétisation, initiation à la photo, compétitions sportives... l'animateur socioculturel organise des activités diverses dans le but de favoriser l'épanouissement et la socialisation des participants. Pour cela, il repère les besoins, les difficultés de communication, parfois les tensions. Puis il prend le temps d'écouter pour construire une relation de confiance et adapter ses animations aux individus et au contexte.
Auprès des jeunes
Les municipalités mettant souvent l'accent sur les plus jeunes, l'animateur organise et suit des projets d'accompagnement scolaire et autres activités périscolaires. Dans une MJC (maison des jeunes et de la culture), il rassemble les adolescents autour de séjours, de manifestations locales, de sorties culturelles ou sportives. Il joue également un rôle d'éducateur.
Et d'autres publics
Dans une maison de retraite, il incite les personnes âgées à participer à des activités, selon leurs goûts et leur degré d'autonomie intellectuelle et physique. Par exemple, il met en place des animations pour stimuler leur mémoire. En foyer de travailleurs migrants, il favorise la bonne intégration des personnes nouvellement arrivées sur le territoire.

Un travail d'équipe
L'animateur socioculturel travaille souvent au sein d'une petite équipe encadrée par un responsable d'animation ou un coordonnateur de quartier. Il est aussi en relation avec divers partenaires : associations, services municipaux, missions locales d'insertion, caisses d'allocations familiales.
État et associations
Environ la moitié des animateurs sont employés par des structures dépendant de collectivités territoriales ou des services municipaux. Une bonne partie d'entre eux est fonctionnaire. Les associations constituent l'autre employeur principal : MJC (maisons des jeunes et de la culture), maisons pour tous, associations rurales, etc.
En centres spécialisés
L'animateur peut aussi exercer au sein d'établissements sociaux et médico-sociaux, comme les maisons de retraite, les foyers de travailleurs et les centres d'accueil. Trois publics sont particulièrement concernés : petite enfance, personnes âgées et personnes handicapées.

Différents diplômes, du niveau du BEP au niveau bac + 3, préparent à l'animation professionnelle. Selon le diplôme, la formation est organisée dans des centres agréés par les directions régionales de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale (DRJSCS) ou à l'université. Des diplômes non professionnels (BAFA, BASE, BAFD) permettent de travailler pendant les vacances scolaires. Et d'acquérir ainsi une première expérience professionnelle.
Niveau BEP

  • Brevet d'aptitude professionnelle d'assistant animateur technicien (BAPAAT ) : représente le premier niveau de qualification. Accessible sans diplôme particulier, il nécessite un bon niveau de pratique personnelle. Le BAPAAT permet de se présenter aux concours d'adjoint d'animation et d'opérateur des activités physiques et sportives.
Niveau bac
  • Brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport (BPJEPS ) : prépare au métier d'animateur dans une spécialité (gymnastique, sports collectifs, pêche, animation sociale, loisirs tous publics, animation culturelle, techniques de l'information et de la communication...). Accès : BAPAAT, BASE, diplôme national du brevet... Le BPJEPS permet de se présenter au concours d'animateur territorial.
Niveau bac + 2
  • DUT carrières sociales ;
  • DEUST animation et gestion des activités sportives et culturelles
  • Diplôme d'Etat de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport  spécialité animation socio-éducative ou culturelle (DE JEPS)
Niveau bac + 3
  • Licences pro métiers de l'animation sociale, socio-éducative et socioculturelle

Créatif et communicant
Curieux et dynamique, il propose toute une gamme de loisirs. Mais, pour qu'une activité séduise, elle doit être adaptée au public. L'écoute et le dialogue aident l'animateur à construire des projets intéressants. Psychologue, il crée du lien entre les participants. Il lui faut aussi beaucoup de tact pour sortir une personne de son isolement. Quand il travaille auprès de personnes âgées, il doit créer une relation qui respecte l'état de santé et la sensibilité de chacun.
Battant et pédagogue
L'animateur a " la pêche " et communique son dynamisme. Il faut beaucoup d'énergie pour encadrer des groupes d'adolescents, parfois en situation de conflit. Le sens des responsabilités est indispensable. Auprès d'enfants, ce métier exige de la pédagogie. L'animateur prend en compte leurs capacités et les motive sur des projets. Dans les centres de loisirs et de vacances et dans les maisons de quartier, les postes demandent une compétence à la fois culturelle et sportive. Autre atout : savoir s'adapter.

Un gisement d'emplois
Le développement des loisirs et le vieillissement de la population favorisent la création d'emplois. Depuis quelques années, l'animateur socioculturel fait partie des métiers recherchés. Petit bémol : la plupart des postes proposés sont saisonniers.
Situations précaires
L'animateur débute souvent par une succession d'expériences temporaires, et les associations proposent fréquemment des recrutements à temps partiel, parfois seulement quelques heures par semaine pour des ateliers à thème. L'animateur doit alors cumuler différents emplois.
Mobilité conseillée
Ce métier s'exerce souvent dans de petites structures, de 5 à 10 personnes. L'évolution vers des postes à responsabilités reste limitée. Il existe cependant des postes d'encadrement dans les associations et les municipalités. Progresser dans sa carrière implique aussi d'être mobile.
Salaire du débutant
1480 euros brut par mois.

Source : grille de salaire des syndicats. Année : ???

Source : ONISEP