Vous êtes ici : Accueil Métiers et emplois Les fiches métiers Fiche métier

Fiche métier commissaire de police



Cadre de la Police nationale, le commissaire de police dirige un service, une école ou un commissariat. Ses missions : gérer ses équipes, piloter les opérations, suivre l'action des enquêteurs... en coordination avec la politique ministérielle.

Meneur d'hommes, le commissaire de police dirige un commissariat ou un service spécialisé : brigade des affaires criminelles, des stupéfiants, des mineurs, renseignements généraux... Il gère son commissariat ou son service, pilote les opérations, coordonne et suit l'action des officiers de police chargés des enquêtes. Ce cadre de la police est recruté sur concours du ministère de l'Intérieur. Un master en droit est vivement conseillé pour s'y présenter.

Tout déplier  

Diriger et gérer
Qu'il soit affecté à la sécurité publique ou à la police judiciaire, le rôle du commissaire consiste à gérer un budget, diriger un service et des équipes de policiers, suivre le travail des enquêteurs, mettre en place des actions de sécurité... De manière plus globale, il doit déterminer les actions à mener au niveau de ses équipes pour atteindre les objectifs définis par le ministre de l'Intérieur.
Assurer la sécurité publique
La délinquance, les petites affaires criminelles, les troubles à l'ordre public, la sécurité des manifestations, la sécurité routière constituent le travail quotidien d'un commissariat. Le commissaire encadre alors les officiers chargés de mener les enquêtes : il fixe les objectifs de travail avec ses équipes, répartit les moyens en hommes et en véhicules, suit l'avancée des recherches et des opérations...
Variable selon l'affectation
En police judiciaire, il peut participer aux enquêtes dont il a la charge (trafic de stupéfiants, d'armes ou d'oeuvres d'art, proxénétisme, escroqueries financières, cybercriminalité, terrorisme...). Au sein d'unités spécialisées, il peut rechercher des informations destinées au gouvernement, participer à la lutte contre l'espionnage ou contre l'immigration clandestine...

Affectations diverses
En dehors des commissariats, le commissaire peut exercer dans des unités de police spécialisées : à la police judiciaire, aux RG (renseignements généraux), à la police de l'air et des frontières, dans une CRS (compagnie républicaine de sécurité), à la DST (Direction de surveillance du territoire), à l'IGPN (Inspection générale de la Police nationale), au SDLP (Service de la protection)... Mais, dans la réalité, les premiers postes sont presque tous en sécurité publique, le plus souvent en tant que responsable d'un commissariat d'une ville moyenne, adjoint au responsable d'un commissariat central d'une grande ville, ou chef de service dans une direction départementale.
Nombreux contacts
Le quotidien d'un commissaire comprend de nombreux échanges et réunions avec différents interlocuteurs : préfets, élus, autorités administratives et judiciaires, organismes sociaux ou éducatifs... car il est l'interlocuteur privilégié des autorités locales.
Disponibilité permanente
En tant que défenseur de l'ordre public, un commissaire doit être disponible en fonction des astreintes et des événements. Il peut donc travailler en soirée, parfois la nuit et les week-ends. Il dispose d'un uniforme, mais peut également exercer en tenue civile.

Le métier de commissaire de police est accessible par un concours ouvert aux candidats âgés de 35 ans au plus et titulaires d'un bac + 5 (si possible en droit). Pour augmenter ses chances, il est possible de suivre une préparation au concours, après un master, à l'ENSP (École nationale supérieure de police) ou dans une dizaine d'IEJ (instituts d'études judiciaires). Après réussite au concours, les études durent 2 ans et sont rémunérées.

    Niveau bac + 5
  • Master ou équivalent

Manager et communicant
Le commissaire doit faire preuve d'autorité, d'organisation et d'esprit de décision pour diriger ses équipes et mener à bien les missions qui lui incombent. Chef d'équipe, il sait motiver ses troupes. C'est aussi un bon communicant, capable de travailler de concert avec les mairies, les préfectures et les autorités judiciaires.
Compétent et solide
Familier des procédures pénales, il doit posséder des compétences juridiques et une bonne culture générale. Pour envisager de faire ce métier, il faut aussi être psychologiquement solide, capable de travailler dans l'urgence et de gérer des situations éprouvantes et dangereuses.
Mobile
Un commissaire ne peut rester plus de 4 ans (6 ans, exceptionnellement) dans le même poste. Il doit donc anticiper pour choisir au mieux les affectations qui construiront sa carrière. Il est souvent nécessaire de suivre des formations pour évoluer ou suivre les changements dans le métier ou la législation, par exemple.

Des recrutements limités
Le recrutement s'effectue via un concours du ministère de l'Intérieur, accessible à partir d'un diplôme bac + 5, suivi de 2 ans de formation rémunérée. Réputé sélectif, ce concours national ouvre à une trentaine de postes par an (26 en 2015). Attention, on ne peut s'y présenter que 3 fois, et on s'engage à rester au service de l'État au moins 7 ans à compter de la titularisation.
En fonction de son classement
En fonction des besoins de la police et de son rang de classement à la sortie de l'école, le commissaire peut choisir un poste à la police judiciaire ou dans un service spécialisé (stupéfiants, criminelle, mineurs...). La plupart des postes de débutants se situent à la sécurité publique. Au bout de 2 ans dans son premier poste, le commissaire pourra demander une autre affectation où il aura plus de responsabilités.
Un grade de plus
Un commissaire ne peut rester plus de 6 ans dans le même poste, ce qui lui permet d'avancer progressivement en responsabilité, au fur et à mesure de ses affectations. Après 9 ans d'exercice en tant que commissaire, il peut suivre une formation et être inscrit au tableau d'avancement pour le grade de commissaire divisionnaire. Il peut aussi se réorienter, dans le secteur de la sécurité privée par exemple.
Salaire du débutant
4063 euros brut par mois à Paris.

Source : ONISEP