Vous êtes ici : Accueil Métiers et emplois Les fiches métiers Fiche métier

Fiche métier géologue



Explorateur scientifique de la Terre, le géologue observe, prélève et analyse l'écorce terrestre. Ce spécialiste des géosciences étudie la composition, la structure, la physique, l'histoire et l'évolution de notre planète et de son sol.

Véritable explorateur des entrailles de la Terre, le géologue étudie les constituants solides de l'écorce terrestre, ainsi que les liquides et les gaz qui y sont enfermés. Cette discipline compte de nombreuses spécialités, comme l'étude historique de l'écorce, celle des minéraux, des cristaux ou encore la recherche minière ou pétrolière. Selon ses orientations professionnelles, il exerce dans la recherche, l'enseignement, l'industrie...

Tout déplier  

Ses missions : étudier et analyser
Mesurer le champ de la pesanteur terrestre, étudier la nature des roches, recenser les zones sujettes aux tremblements de terre ou aux glissements de terrain... Autant de problématiques posées quotidiennement au géologue. Sa mission ? Étudier et analyser la composition et la structure de l'écorce terrestre et de ses constituants, solides, liquides ou gazeux.

Percer les secrets de la Terre

Sur le terrain, il ramasse des fragments de roches ou des fossiles, prélève du gaz sortant d'une roche volcanique, examine la composition d'un métal, sonde les océans pour trouver un gisement de pétrole. C'est à l'aide de ces différents indices qu'il élabore un scénario géologique. De retour au laboratoire, il analyse ces données, vérifie les hypothèses émises sur le terrain, effectue des recherches poussées et propose des interprétations sur notre planète.
Des spécialités à la pelle
Parmi les nombreuses spécialités, on peut noter : la géophysique (étude de la nature et de la structure interne de la Terre), la minéralogie (étude de la nature des minéraux des roches), la paléontologie (étude et analyse des restes fossilisés), la sédimentologie (étude de la formation des diverses strates de roches), la sismologie (étude des tremblements de terre), l'hydrogéologie (étude des eaux souterraines), la géotechnique (étude de la mécanique des roches et des sols).

Sur le terrain et en labo
Le géologue passe beaucoup de temps sur le terrain pour effectuer des prélèvements. Ses déplacements sont nombreux. Il pratique ensuite des analyses en laboratoire. L'évolution des technologies met à sa disposition des outils de plus en plus pointus : microscopes électroniques, microsondes, capteurs d'images satellites, logiciels spécialisés...
Un travail d'équipe
Le géologue travaille rarement seul. Il est souvent secondé par des techniciens géologues, chargés d'effectuer les prélèvements de roches, par exemple. Lors des expéditions d'exploration pétrolière ou minière, il collabore également étroitement avec une équipe de spécialistes (géophysiciens, géochimistes...) et s'appuie sur leurs connaissances.
Fonctionnaire ou salarié
Le géologue est le plus souvent un chercheur travaillant pour des organismes de recherche publique. Par exemple, pour le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), des instituts géologiques... Il peut aussi travailler au sein d'entreprises industrielles, du BTP, de bureaux d'études et d'ingénierie, ou pour le compte de compagnies minières, gazières et pétrolières. Il peut également enseigner en université.

La majorité des géologues est titulaire d'un master ou d'un diplôme d'ingénieur. Les titulaires d'un diplôme de niveau bac + 4 accèdent le plus souvent à des postes de techniciens supérieurs, futurs assistants des géologues sur le terrain. Le géologue peut également être secondé par un technicien géologue formé au niveau bac + 2 (BTS géologie appliquée).

    Niveau bac + 5
  • Masters dans les domaines des sciences de la Terre et de l'Univers, des géosciences, ou de l'environnement avec spécialisations en géologie ou géologie appliquée
  • Diplômes d'ingénieur spécialisé en géologie (proposés notamment par l'École des mines, l'Eost de Strasbourg ou l'Institut polytechnique LaSalle Beauvais)

La tête...
Seul, un solide bagage scientifique n'est pas suffisant pour réussir dans ce métier. La pratique courante de l'anglais, voire d'une autre langue, est nécessaire au géologue pour analyser des données techniques et les traduire. La rigueur, la précision et le sens des relations sont également importants pour mener à bien les travaux de recherche et entretenir des contacts avec des interlocuteurs variés (experts, scientifiques, décideurs...).
... et les jambes...
Pour se rendre sur les chantiers terrestres ou sous-marins, une bonne condition physique est indispensable. Et ce, aussi, pour supporter des conditions climatiques variées, en France ou à l'étranger, en fonction des sites sur lesquels le géologue est amené à travailler.
... et l'informatique
Logiciels de cartographie et de géomatique (systèmes d'information géographique), logiciels de simulation et de modélisation 2D ou 3D : autant d'outils indispensables que le géologue utilise et maîtrise, et qui lui permettent de répertorier, cartographier et modéliser les observations faites sur le terrain.

Peu de débouchés
À l'heure actuelle, on recense environ 7000 géologues en France. Ce métier, qui attire beaucoup les jeunes, offre peu de débouchés... mais dans des domaines très variés : énergie, exploitation des réserves en eau. Les nouveaux emplois concernent plutôt la gestion de l'environnement et le génie civil.
Pétrole, minerais et eau
Le géologue peut, par exemple, travailler dans le domaine des matériaux énergétiques : recherche de pétrole souterraine et sous-marine pour le compte des compagnies pétrolières... Il peut se consacrer à la recherche de minerais pour fabriquer des revêtements routiers ou des matériaux de construction. Il peut participer à la recherche, à l'exploitation et à la préservation des nappes d'eau souterraines.
Aménagement et environnement
Le géologue peut également s'intéresser aux grands travaux d'aménagement du territoire (sonder les sols pour repérer les risques cachés en cas de construction, pour le compte de bureaux d'études), à l'environnement (évaluer et prévenir les risques naturels comme les inondations, les glissements de terrain, les éruptions volcaniques... dans des laboratoires publics et privés), à l'enseignement et à la recherche (dans les universités, au Centre national de la recherche scientifique, au Bureau de recherches géologiques et minières, par exemple).
Salaire du débutant
A partir de 2900 euros brut par mois.

Source : ONISEP